Situation hebdomadaire de la pandémie de COVID-19 - N° 6 - 8 mai 2020

Par MIGLIANI RENé -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 558 lecteurs


Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

Situation globale

Le total des cas déclarés depuis le 20 janvier 2020 dans le monde, à la date du dimanche 3 mai 2020, s’élève à environ 3 350 000 cas dont 239 000 décès (+49 % et +56 % respectivement par rapport au 19 avril). La région OMS Europe et celle des Amériques représentent 87% des cas et 93 % des décès déclarés dans le monde (Figures 1, 2 et 3). Depuis le 19 avril (Situation de la pandémie n°5) on note: i) un ralentissement de la vitesse de progression de la pandémie, avec une augmentation des cas et décès deux fois moins forte, et ii) une augmentation cependant encore intense dans plusieurs pays d’Amérique du sud, notamment le Brésil.

Toutes les régions du globe sont atteintes et 220 pays et territoires ont déclarés au moins un cas de Covid-19. Les Comores et le Tadjikistan, épargnés jusque-là, sont touchés depuis le 1er mai (1 cas et 15 cas). Il persiste, à la date du 3 mai, 19 pays et territoires n’ayant déclaré aucun cas :

  • en région OMS de l’Europe : Turkménistan ;
  • en région OMS e l’Afrique : Lesotho ;
  • en région OMS du Pacifique occidental : Corée du Nord et 16 micro-états et territoires du Pacifique.

Le 3 mai le nombre de malades rétablis, sortis guéris des hôpitaux ou de leur domicile dont certains se considèrent comme survivants, dans le monde s’élève à environ 1 096 000 (+83 % par rapport au 19 avril) (Figure 4).

Figure 1 : Poids de la pandémie de Covid-19 déclarés selon les régions OMS le 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 2 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés dans le monde le 3 mai 2020 [Nombre de cas indiqués pour les pays avec au moins 60 000 cas cumulés] (Sources des données : OMS, Santé publique France, Ministères santé de Taïwan-Italie-Espagne, CDC États-Unis, Université John Hopkins)

Figure 3 : Décès cumulés de Covid-19 déclarés dans le monde le 3 mai 2020 [Nombre de décès indiqués pour les pays avec au moins 10 000 décès cumulés] (Sources des données : OMS, Santé publique France, Ministères santé de Taïwan-Italie-Espagne, CDC États-Unis, Université John Hopkins)

Figure 4 : Cas cumulés de personnes rétablies* de Covid-19 dans le monde le 3 mai 2020 (Nombre de cas indiqués pour les pays avec au moins 60 000 personnes rétablies) * Personnes rétablies : Personnes sorties d’hôpital ou des soins à domicile (Source des données : Université John Hopkins)

Région OMS du Pacifique occidental

En Chine, en Corée du Sud, à Taïwan et en Australie, l’épidémie de SARS-CoV-2 est maintenant pratiquement sous contrôle avec des létalités cumulées égales respectivement à 5,5 % (4 637 décès/83 961 cas), 2,3 % (250 décès/10 793 cas), 1,4 % (6 décès/432 cas) et 1,4 % (93 décès/6 783 cas) (Figures 5 à 8).

Au Japon et à Singapour on observe une baisse régulière du nombre de nouveaux cas, respectivement depuis le 12 avril et le 21 avril, avec des létalités cumulées égales à 3,3 % (492 décès/14 839 cas) et 0,1 % (17 décès/17 548 cas) (Figures 9 et 10).

Toujours aucun cas déclaré à l’OMS par la Corée du Nord (Figure 2).

La pandémie est également en décrue ou progresse toujours de façon modérée dans le reste de la région, notamment aux Philippines (8 928 cas, 603 décès) (Figure 11). De nombreux micro-états et territoires îliens sont toujours indemnes. Deux des trois territoires français du Pacifique sont touchés, la Polynésie française (58 cas localisés sur les îles de de Tahiti et de Moorea) et la Nouvelle Calédonie (18 cas) qui est en phase de déconfinement depuis 2 semaines sans augmentation des cas. Le territoire de Wallis et Futuna est toujours indemne (Figure 12).

Figure 5 : Évolution quotidienne des cas et des décès déclarés de Covid-19 en Chine du 20 janvier au 3 mai 2020 (Source des données : Ministère de la santé de Taïwan)

Figure 6 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 en Corée du Sud du 20 janvier au 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 7 : Évolution quotidienne des cas et des décès déclarés de Covid-19 à Taïwan du 20 janvier au 3 mai 2020 (Source des données : Ministère de la santé de Taïwan)

Figure 8 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 en Australie du 20 janvier au 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 9 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 au Japon du 20 janvier au 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 10 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 à Singapour du 20 janvier au 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 11 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 à Singapour du 20 janvier au 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 12 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés dans les pays et territoires du Pacifique le 3 mai 2020 (Source des données : OMS, CDC)

Région OMS de l’Europe

Le Turkménistan reste le dernier pays de la région OMS de l’Europe à n’avoir déclaré aucun cas (Figure 13).

Les dix pays les plus touchés le 3 mai sont :

  • Espagne : 218 011 cas, 25 428 décès et 117 248 rétablis* (Ministère de la santé, UJH) ;
  • Italie : 210 717 cas, 28 884 décès et 81 654 rétablis (Ministère de la sécurité civile) ;
  • Royaume-Uni : 182 264 cas, 28 131 décès et 901 rétablis (!) (OMS, UJH) ;
  • Allemagne : 162 496 cas6 649 décès et 130 600 rétablis (OMS) ;
  • Fédération de Russie : 134 687 cas, 1 280 décès (!) et 15 013 rétablis (OMS, UJH) ;
  • France : 131 887 cas, 24 895 décès [dont 9 312 décès en ESMS**] et 51 371 rétablis (SPF) ;
  • Turquie : 124 375 cas, 3 336 décès et 58 259 rétablis (OMS, UJH) ;
  • Belgique : 49 517 cas, 7 765 décès et 12 211 rétablis (OMS, UJH) ;
  • Pays-Bas : 40 236 cas, 4 987 décès et 138 rétablis (!) (OMS, UJH) ;
  • Suisse : 29 734 cas, 1 466 décès et 24 200 rétablis (OMS, UJH).
  • * Université John Hopkins
  • ** Établissements sociaux et médico-sociaux (champs des personnes âgées).

Le nombre de nouveaux cas et de décès dans le foyer de l’Europe de l’Ouest est en baisse régulière (Figures 14 à 16 et 19). Plusieurs d’entre-eux ont commencé à appliquer des plans de déconfinement (Italie, Espagne, Allemagne).

Au Royaume-Uni la courbe épidémique évolue maintenant en « plateau » (Figure 17). La létalité cumulée est égale à 15,4 % (28 131 décès/182 264 cas).

La Suède, après avoir été citée en exemple pour le contrôle de l’épidémie sans avoir adopté contrairement à de nombreux pays la stratégie de confinement de sa population, observe depuis début mars comme cela s’est passé dans plusieurs pays d’Asie (Taïwan, Japon et Singapour) une recrudescence des cas et des décès, dont 30 % sont liés aux décès en maisons de retraite. La létalité cumulée est égale à 12,1 % (2 669 décès/22 082 cas) (Figure 18).

Figure 13 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés par les pays de la région Europe OMS le 3 mai 2020 [Nombre de cas indiqué pour les pays avec au moins de 60 000 cas (Sources des données : OMS, Santé publique France, Ministères de la Sécurité civile italienne et d’Espagne)

Figure 14 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l’hôpital* de Covid-19 déclarés en Espagne entre le 21 janvier et le 3 mai 2020 (Source des données : Ministère Santé Espagne)

Figure 15 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l’hôpital* de Covid-19 déclarés en Italie entre le 21 janvier et le 3 mai 2020 (Source des données : Ministère Sécurité Civile Italie)

Figure 16 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l’hôpital* de Covid-19 déclarés en Allemagne entre le 21 janvier et le 3 mai 2020 (Source des données : ECDC)

Figure 17 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l’hôpital* de Covid-19 déclarés au Royaume-Uni entre le 21 janvier et le 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 18: Évolution quotidienne des cas et des décès à l’hôpital* de Covid-19 déclarés en Suède entre le 21 janvier et le 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

En France, les principaux indicateurs de suivi de l’épidémie sont toujours en baisse depuis fin mars (Figure 19). On observe entre le 19 avril et le 3 mai une lente baisse du nombre de cas hospitalisés dans les régions et les départements (-8 % par semaine) (Figures 20 et 21), de même en réanimation dans les départements avec toutefois une décrue plus marquée (Figure 22). La mortalité hospitalière cumulée pour 100 000 habitants montre une hétérogénéité régionale « en ondes amorties ». La mortalité a été la plus élevée dans le Grand-Est (53,6 pour 100 000) et celle de la Nouvelle Aquitaine, la plus basse, est 10 fois moins élevée (5,5 pour 100 000) (Figure 23). Hors des régions Île de France et du Grand-Est, la mortalité régionale observée a été atténuée par les délais de diffusion du virus à partir de ces deux épicentres et la mise en confinement le 17 mars. Le département où le nombre de décès hospitaliers par Covid-19 a été le plus élevé est Paris avec près de 1 500 décès. Le département où la mortalité hospitalière par Covid-19 est la plus élevée est le territoire de Belfort avec 108 décès pour 100 000 personnes (Figure 24). L’Insee estime en temps quasi-réel l’excès de décès dans les départements français de métropole, de Corse et d’outre-mer. Dans le dernier bilan en ligne à la date du 20 avril, 5 départements ont enregistré un excès de décès supérieur à 1 000 : Paris (1 848 décès), Hauts-de-Seine (1 726), Seine-Saint-Denis (1 414), Haut-Rhin (1 319) et Val d’Oise (1 055) (Référence 1).

Dans l’ensemble des outremers français, même s’il ne s’agit pas de la région Europe de l’OMS, 1 597 cas et 36 décès cumulés ont été déclarés le 3 mai. Les taux cumulés pour 100 000 personnes montrent que dans les territoires d’outre-mer français touchés par l’infection à SARS-CoV-2, la situation s’améliore sauf dans l’île de Mayotte qui présente le taux le plus élevé égal à 213,3 (Figure 25).

Lorsque l’on compare l’évolution quotidienne de l’incidence pour 100 000 personnes des malades hospitalisés et de ceux en soins intensifs/réanimation pour Covid-19 déclarés en Italie et en France, la diminution de ces indicateurs est la plus marquée pour celui des malades les plus graves dans les deux pays (Figures 26 et 27). Il reste en France encore 3 740 lits de réanimation occupés le 3 mai, à 8 jours du déconfinement (Figure 22). Par contre l’incidence des malades hospitalisés pour Covid-19 diminue moins rapidement en France qu’en Italie (Figure 26).

Dans les pays d’Europe orientale, l’épicentre de Turquie régresse régulièrement depuis le 12 avril (Figure 28). La létalité cumulée est égale à 2,7 % (3 336 décès/124 375 cas). La jeunesse de la population explique sans doute en partie cette faible létalité associée à la qualité des structures de prise en charge des formes graves.

En Europe de l’Est la pandémie n’a pas atteint le pic épidémique dans de nombreux pays (Références 2 et 3). Elle progresse le plus fortement de manière exponentielle dans la fédération de Russie (134 687 cas, 1 280 décès et 15 013 rétablis le 3 mai) (Figures 2, 3, 4 et 13). La létalité cumulée déclarée parait particulièrement basse égale à moins de 1 % dans une population où les moins de 65 ans représentent 15,5 %.

Figure 19 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l’hôpital* de Covid-19 déclarés en France entre le 21 janvier et le 3 mai 2020 (Source des données : Santé Publique France) * Les décès en ESMS comptabilisés à compter du 6 avril sont pris en compte séparément dans cette figure

Figure 20 : Cas de Covid-19 hospitalisés dans les régions de France métropolitaine et en Corse les 12 et 19 avril 2020 (Sources des données : Santé publique France)

Figure 21 : Cas de Covid-19 hospitalisés dans les départements métropolitains et de Corse les 12 et 19 avril 2020 (Source des données : Santé publique France)

Figure 22 : Cas de Covid-19 en réanimation dans les départements métropolitains et de Corse les 12 et 19 avril 2020 (Source des données : Santé publique France)

Figure 23 : Mortalité hospitalière pour 100 000 et nombre de décès par Covid-19 en France selon la région le 3 mai 2020 (Source des données : Santé publique France)

Figure 24 : Mortalité hospitalière pour 100 000 et nombre de décès par Covid-19 en France selon le département le 3 mai 2020 (Source des données : Santé publique France)

Figure 25 : Incidence pour 100 000 des cas de Covid-19 en France et dans les outremers du 5 mars au 3 mai 2020 (Source des données : Santé publique France, OMS)

Figure 26 : Évolution quotidienne des taux d’incidence pour 100 000 personnes des cas de Covid-19 hospitalisés et en soins intensifs/réanimation depuis la mise en confinement généralisé des populations en Italie et en France (Sources des données: Ministère de la Sécurité Civile Italie, Santé Publique France)

Figure 27 : « Venise » (Dessin René Migliani)

Figure 28: Évolution quotidienne des cas et des décès à l’hôpital* de Covid-19 déclarés en Turquie entre le 21 janvier et le 3 mai 2020 (Source des données : OMS)

Région OMS de la Méditerranée orientale

Dans cette région, où le virus a diffusé dans tous les pays, l’Iran est toujours l’épicentre de l’épidémie avec 96 448 cas, 6 156 décès et 77 350 rétablis cumulés le 3 mai. La létalité cumulée est égale à 6,4 %. Cette létalité peut s’expliquer en partie par la jeunesse de la population (6,6 % de personnes âgées de plus de 65 ans, soit 3 fois moins qu’en France environ). On observe depuis le début du mois d’avril une baisse continue du nombre de cas et depuis la deuxième semaine d’avril du nombre de décès (Figures 2, 3, 4 et 29).

Figure 29: Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés en Iran entre le 20 février et le 3 mai 2020 (Sources des données : OMS)

Région OMS des Amériques

Depuis mi-avril le virus est présent dans tous les pays et territoires des Amériques (Figures 2 et 30).

Les États-Unis d’Amérique restent, le 3 mai, l’épicentre mondial de la pandémie avec 1 152 372 cas et 67 456 décès cumulés, soit une augmentation de 54 % des cas et de 73 % des décès depuis le 19 avril (Situation de la pandémie n°5) (Figures 2 et 31). On observe que le nombre de cas est toujours « en plateau » avec environ 30 000 cas quotidiens depuis début avril. Le nombre de décès, hormis le pic du 17 avril (5 000 décès), est également stationnaire avec 2 000 décès quotidiens en moyenne. La ville de New-York a toujours le plus lourd bilan du pays avec 172 000 cas et 18 600 décès, respectivement 15 % et 28 % des cas et des décès du pays. La létalité nationale cumulée est égale à 5,9 % et celle de New-York à 11 %.

Le Brésil, dont les autorités nationales n’ont pas adoptés la stratégie de confinement de la population, est le 3 mai l’épicentre de la pandémie en Amérique du sud avec 91 589 cas et 6 329 décès cumulés. L’épidémie y évolue de manière exponentielle (Figure 32). Dans cinq états le nombre de cas est supérieur à 10 000, par ordre décroissant : São Paulo, Rio de Janeiro, Ceara, Pernambouc et Amazonas (Référence 3). La létalité cumulée déclarée est égale à 6,9 % (6 329 décès/91 589 cas) avec une population âgée de 65 ans et plus égale à 9,6 % (proportion inférieure de moitié à celles des pays de l’Europe de l’Ouest). Un groupe de scientifiques brésiliens indique que la situation est sans doute 15 fois plus importante que les chiffres officiels (Référence 4). Dans les grandes villes l’épidémie touche surtout les plus pauvres des « favelas », des mutineries se sont déclenchées dans des prisons avec un premier décès par Covid-19 le 17 avril et les premiers cas ont été diagnostiqués depuis mi-avril dans les populations amérindiennes (Références 5 à 7).

Les autres pays les plus touchés le 3 mai sont :

  • le Canada : 55 572 cas, 3 446 décès et 23 814 rétablis (OMS, UJH) ;
  • le Pérou : 40 459 cas, 1 124 décès et 12 434 rétablis (OMS, UJH) ;
  • l’Équateur : 27 464 cas, 1 371 décès et 2 132 rétablis (OMS, UJH) ;
  • le Mexique : 20 739 cas, 1 972 décès et 13 447 rétablis (OMS, UJH) ;
  • le Chili : 18 435 cas, 247 décès et 9 572 rétablis (OMS, UJH).

Au Canada le nombre de cas évolue en « plateau » depuis le 15 avril (1 500 à 2 000 cas quotidiens). Dans les 4 pays d’Amérique du sud (Pérou, Equateur, Mexique et Chili) l’évolution de l’incidence des cas est exponentielle à l’image du Brésil (Référence 3).

Le nombre de cas cumulés le 3 mai dans l’ensemble des territoires français de l’arc caraïbe et de la Guyane française a peu progressé depuis la situation du 19 avril, avec 504 cas (+13 %) et 30 décès (+67 %), en rapport avec le confinement généralisé de la population ultra-marine combiné peut-être à des conditions géo-climatiques plus défavorables qu’en métropole (température atmosphérique et hygrométrie plus élevées). Saint-Pierre et Miquelon a déclaré un seul cas non décédé le 19 avril.

Figure 30: Cas cumulés de Covid-19 déclarés dans les pays et territoires de la mer des Caraïbes le 3 mai 2020 (Sources des données : OMS, Santé Publique France, Université John Hopkins)

Figure 31: Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés aux États-Unis entre le 21 février et le 3 mai 2020 (Source des données : CDC)

Figure 32: Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés au Brésil entre le 21 février et le 3 mai 2020 (Source des données : CDC)

Afrique et sud de l’Océan indien

Cette zone est formée dans ce document du continent africain, englobant les pays de la région OMS Afrique et ceux de la région OMS Méditerranée orientale (Annexe 1), les pays et territoires du sud de l’Océan indien et les territoires espagnoles des Canaries et des enclaves de Ceuta et Melilla au Maroc.

Seul le Lesotho n’a déclaré aucun cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie dans cette zone (Figures 2 et 33). Les Comores ont diagnostiqué leur premier cas le 30 avril.

Les pays les plus touchés le 3 mai sont par principale région géographique :

  • au sud du continent : l’Afrique du sud (6 336 cas, 123 décès et 2 549 rétablis) (OMS, UJH) ;
  • au nord : l’Egypte (6 193 cas, 415 décès et 1 522 rétablis), le Maroc (4 729 cas, 137 décès et 1 256 rétablis), l’Algérie (4 295 cas, 459 décès et 1 872 rétablis), les îles Canaries (2 225 cas, 141 décès et 1 166 rétablis) et la Tunisie (1 009 cas, 42 décès et 323 rétablis) (OMS, UJH) ;
  • en Afrique intertropicale : le Nigéria (2 388 cas, 85 décès et 351 rétablis), le Ghana (2 169 cas, 18 décès et 229 rétablis), le Cameroun (2 077 cas, 64 décès et 935 rétablis), la Guinée (1 650 cas, 7 décès et 437 rétablis), la Côte d’Ivoire (1 362 cas, 15 décès et 622 rétablis) et le Sénégal (1 115 cas, 9 décès et 368 rétablis) (OMS, Ministère Santé Guinée, UJH) ;
  • dans le sud de l’Océan indien : Mayotte (596 cas, 6 décès), La Réunion (420 cas, aucun décès), Maurice (332 cas, 10 décès et 314 rétablis) et Madagascar (149 cas, aucun décès et 97 rétablis).

La pandémie continue de progresser dans cette zone avec 46 316 cas et 1 887 décès le 3 mai (+94 % de cas et +80 % de décès depuis le 19 avril) (Figure 33). Cette progression est toutefois toujours limitée, sans doute en rapport avec plusieurs facteurs spécifiques :

  • les mesures prises par les autorités ; ainsi 4 mesures principales ont été prises durant le mois de mars par la plupart des pays francophones : i) interdiction des rassemblements, ii) fermeture des écoles et universités, iii) fermeture des frontières et iv) auto-isolement au retour de l’étranger (Référence 8) ;
  • le jeune âge des populations qui développent dans la majorité des cas des infections non ou peu symptomatiques ;
  • les conditions climatiques moins favorables à la transmission du SARS-CoV-2 (plus fortes températures atmosphériques et hygrométrie plus élevée) que celles des pays des zones tempérées en période hivernale, comme ceux de l’Europe de l’Ouest et de la région Est des États-Unis. Ainsi les auteurs d’une revue récente supposent « que le faible taux d'humidité et la température ambiante favoriseraient la viabilité du CoV-2 du SRAS dans les gouttelettes et l'altération de la clairance ciliaire et de la défense immunitaire innée, pour un accès robuste au tissu pulmonaire profond et une transmission rapide entre les personnes infectées ». Les auteurs indiquent également que les infections à coronavirus humains saisonniers surviennent dans les pays tempérés lors de la saison froide de décembre à avril (Référence 9). Il est à noter que le Brésil et d’autres pays d’Amérique tropicale sont largement atteints par l’infection à SARS-CoV-2 et dont l’incidence augmente toujours de façon exponentielle. D’autres facteurs favorisent, à l’inverse des pays de l’Afrique sub-saharienne, la transmission dans cette zone.

La létalité reste modérée notamment en Afrique sub-saharienne, loin d’être comparable à celle observée en Europe de l’Ouest. Cette différence est sans doute liée au fait que les sujets âgés de 65 ans et plus représentent en moyenne 3 % de la population dans presque tous les pays de cette zone (Figure 33).

En Guinée, 1 650 cas et seulement 7 décès hospitaliers cumulés ont été déclarés le 3 mai (+174 % de cas depuis le 19 avril et 4 décès en plus), plus de 400 malades ont été ou sont hospitalisés et 87 sont rétablis. Comme dans plusieurs autres pays, comme par exemple la Côte d’Ivoire avec 94 % des cas localisés à Abidjan, la majorité des cas (93%) en Guinée résident à Conakry, capitale du pays (environ 2 millions d’habitants). Les autres cas sont situés dans les Préfectures de Boffa (7 cas), de Boké (2 cas), de Coyah (73 cas), de Dubréka (23 cas), de Faranah (1 cas) et de Kankan (1 cas), de Labé (2 cas) et de Télimélé (1 cas). Plus de 8 000 sujets contacts ont été identifiés depuis le diagnostic du 1er cas le 12 mars dont 75 % sont sortis du suivi quotidien (« Contact tracing »). Les autorités ont appliqué cette stratégie rapidement dès le premier cas importé de Covid-19 venant d’Europe sur le modèle de ce qui avait été réalisé durant l’épidémie d’Ébola de 2014 à 2016 (Référence 10). Cette stratégie d’identification des sujets infectés par la réalisation de  tests diagnostic, d’isolement et de suivi des contacts, qui procède du même modèle que celui appliqué pour Ebola, va être mise en place en France à partir du 11 mai, date du début de déconfinement (Référence 11).

Figure 33 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés en Afrique* et dans le sud de l’Océan indien les 26 avril et 3 mai 2020 (Sources : OMS, Ministère de la santé espagnoles)

Région OMS d’Asie du Sud-Est

Le virus progresse toujours dans cette région avec 64 047 cas et 2 375 décès cumulés déclarés le 3 mai, soit une augmentation égale à 175 % des cas et à 100 % des décès par rapport au 19 avril.

 En Inde le nombre de cas progresse (39 980 cas, 1 301 décès et 10 819 rétablis), soit une augmentation égale à 154 % des cas et à 157 % des décès par rapport au 19 avril. La létalité cumulée est égale à 3,3 %, dans un pays où la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus est égale à 6,6 %. L’État le plus touché est toujours celui de Maharashtra dont la capitale est Mumbai (anciennement Bombay) (42 % des cas). Le sous-continent indien comme l’Afrique doit continuer à être surveillé dans les semaines à venir.

Références

1- Insee. Nombre de décès quotidiens par département. Comparaison 2019-2020 par département (en nombre de décès supplémentaires).

2- Site de la région OMS Europe

3- Covid-19-Actualités-Google.

4- Meyerfeld B. Au Brésil, l’impossible comptabilité des morts du Civd-19. Le Monde 2 mai 2020.

5- Chatreau J. Les favelas du Brésil sont des mouroirs pour les cas graves de coronavirus, des Noirs surtout. 8 mai 2020.

6- Canofre F, Sartori C (traduction). Premier décès causé par le COVID-19 dans une prison brésilienne : un désastre à venir ? 28 avril 2020.

7- Damase L. Covid-19, le fléau de trop pour les peuples indigènes au Brésil. RFI 19 avril 2020.

8-  Emmanuel Bonnet E, Ridde V. Site contributif sur le Covid-19 pour l’Afrique Francophone et Pays de la CEDEAO. IRD.

9- Moriyama M et al. Seasonality of respiratory viral infections. Annu Rev Virol 2020;7:2.1-2.19.

10- Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, Ministère de la Santé. Rapport de situation n°30 du 3 mai 2020.

11- "Contact Covid" / SI-DEP.

Quelques liens intéressants pour suivre la situation de la pandémie et comme sources de données

Autres liens intéressants

Annexes

Annexe 1 : Carte des régions OMS

Annexe 2 : Les différentes sources du système de surveillance du Covid-19 (Source Santé publique France : https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2020/surveillance-epidemiologique-du-Covid-19)

Abréviations :

  • CepiDC : Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès ;
  • CNR : Centre national de référence ;
  • INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques ;
  • IRA : Infections respiratoires aiguës ;
  • Oscour : Organisation de la surveillance coordonnée des urgences ;
  • SIVIC : Système d’information pour le suivi des victimes d’attentats et de situations sanitaires exceptionnelles

Annexe 3 : Modes de transmission du nouveau Coronavirus 2019 (schéma René Migliani version du 22 mars 2020)

 

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News