Toux sèche : pas de sirop à base pholcodine en période d'épidémie COVID-19

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
2.5
(2 notes)
vu par 17590 lecteurs


Durant l'épidémie de COVID-19, l'ANSM* demande aux médecins de ne pas prescrire de sirops antitussifs à base de pholcodine et aux patients de ne pas utiliser ces médicaments. 

Cette mesure est prise à titre de précaution en raison du risque potentiel de réactions allergiques croisées entre la pholcodine et les curares utilisés en réanimation. 

*Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
Les sirops antitussifs à base de pholcodine ne doivent pas être utilisés en cas de toux sèche pendant la période d'épidémie de COVID-19 (illustration).

Les sirops antitussifs à base de pholcodine ne doivent pas être utilisés en cas de toux sèche pendant la période d'épidémie de COVID-19 (illustration).


Dans un point d'information en date du 17 avril 2020, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) met en garde les professionnels de santé contre le risque potentiel de réactions allergiques croisées entre la substance antitussive pholcodine et les curares (agents bloquants neuromusculaires), utilisés dans les services d'anesthésie et de réanimation.

Allergie croisée pholcodine/curares : des données complémentaires en attente
La pholcodine est un dérivé morphinique antitussif d'action centrale. Elle est utilisée comme principe actif dans divers sirops indiqués dans la toux sèche (cf. Encadré 1 et VIDAL Reco "Toux de l'adulte"). 

Encadré 1 - Médicaments contenant de la pholcodine (seuls ou en association) et commercialisés en France

Le lien entre la prise de pholcodine et la survenue d'accidents allergiques chez des patients ayant bénéficié d'une anesthésie avec des curares a été observé dès 2009. Il s'agissait de cas de réactions allergiques aux curares après utilisation de pholcodine, rares mais graves (chocs anaphylactiques).

L'identification de ce risque potentiel a conduit à restreindre l'accès aux spécialités à base de pholcodine en France : depuis 2011, ces spécialités sont soumises à prescription médicale obligatoire (notre article du 6 mai 2011).

En 2012, après réévaluation du profil de sécurité de cette substance, l'EMA (Agence européenne du médicament) a néanmoins décidé de maintenir le rapport bénéfice-risque favorable pour la pholcodine dans ses indications antitussives. Des données complémentaires ont par ailleurs été demandées pour pouvoir conclure sur l'hypothèse d'une sensibilisation croisée entre la pholcodine et les curares.

En France, une étude observationnelle a été mise en place afin d'évaluer la relation entre l'exposition à la pholcodine et les réactions anaphylactiques aux curares en peropératoire. Les résultats de cette étude sont annoncés pour fin 2020.

Principe de précaution : ne pas prescrire la pholcodine
Dans le contexte actuel de pandémie de COVID-19 et d'un accroissement de l'utilisation de curares, l'ANSM a décidé d'appliquer le principe de précaution. Elle demande : 
  • aux médecins de ne pas prescrire de spécialité contenant de la pholcodine pour le traitement symptomatique de la toux. De nombreuses alternatives médicamenteuses existent pour prendre en charge les patients,
  • aux patients de ne pas utiliser un sirop contre la toux contenant de la pholcodine. 

Ces mesures temporaires visent à réduire le risque de réaction allergique croisée en cas d'évolution vers une forme grave de COVID-19 nécessitant l'admission du patient en service de réanimation et l'utilisation de curares.

En cas de symptômes de COVID-19, pas d'automédication 
D'une manière générale, il est recommandé aux patients présentant des symptômes évocateurs d'une infection COVID-19 (toux associée à de la fièvre, difficultés respiratoires, douleurs musculaires, perte de goût et/ou d'odorat) de ne pas s'automédiquer et de consulter un médecin.

Pour aller plus loin
Médicaments antitussifs à base de pholcodine et risque de réaction allergique aux curares dans le contexte de l'épidémie de COVID-19 - Point d'Information (ANSM, 17 avril 2020)

 

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News