Épidémie COVID-19 : les dernières tendances selon Santé publique France

Par Francois TREMOLIERES -
1
2
3
4
5
3.5
(4 notes)
vu par 11106 lecteurs


Depuis le début de l’épidémie COVID-19, Santé publique France fait le point chaque semaine sur l’évolution épidémiologique de cette infection. À la suite de l’article publié la semaine dernière, voici un résumé des dernières constations de l’Agence de Santé publique. 
L'évolution de l'épidémie selon Santé publique France (illustration).

L'évolution de l'épidémie selon Santé publique France (illustration).


Le suivi de l'évolution de l'épidémie COVID-19 nécessite la collecte de nombreuses données, issues de bases différentes. Voici les dernières informations de Santé publique France.
 
Le nombre de consultations pour infection respiratoire aiguë
Le nombre de consultations pour infection respiratoire aiguë (IRA) pour la semaine 14, du 30 mars au 5 avril 2020 recensé est le suivant :
  • Réseau Sentinelles : 36 305 nouveaux cas de COVID-19 ont consulté un médecin généraliste en semaine 14 versus 90 607 en semaine 13 et 51 100 en semaine 12. Cette diminution des consultations au cabinet devra être évaluée au regard de l'augmentation des téléconsultations.
En effet, on relève une augmentation très importante de téléconsultations (486 369 téléconsultations facturées à l'Assurance-maladie entre le 23 et le 29 mars contre moins de 10 000 par semaine jusque début mars).
Pour la COVID-19, le taux de consultations y compris les téléconsultations pour une IRA, estimé à partir des données du réseau Sentinelles était de 355/100 000 habitants. Il y aurait donc eu, au cours de la semaine 14, environ 230 000 consultations. Plus des trois quarts des consultations pour IRA seraient donc des téléconsultations.
  • SOS Médecins : 8 790 consultations en semaine 14, en baisse de 28 % par rapport à 12 167 en semaine 13 (et 9 133 en semaine 12). Et ce pour un total de 32 681 actes médicaux pour suspicion de COVID-19 depuis le 3 mars.
  • Les passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 (réseau Oscour®) : 27 027 en semaine 14 versus 31 615 en semaine 13 et 15 956 en semaine 12. Cela représente 18 % de l'activité des urgences. Par ailleurs, 43 % des passages aux urgences ont fait l'objet d'une hospitalisation en semaine 14, en légère augmentation par rapport à la semaine 13 (41 %), mais les taux étaient de 69 % chez les 65-74 ans et de 81 % chez les 75 ans ou plus. Au total, 84 890 passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 ont été enregistrés depuis le 24 février 2020.
Pour conclure ce chapitre, près de 265 000 patients ont été vus pour une IRA durant la semaine cible (semaine 14) dans une structure de consultation, y compris via une téléconsultation.
 
La surveillance virologique
Pour les laboratoires de biologie médicale, dans le cadre du réseau 3 labos (Cerba, Eurofins, Biomnis), les prélèvements provenaient de 1 300 laboratoires de ville et de 134 établissements de santé.
Les premiers tests de diagnostic SARS-CoV-2 datent du 9 mars 2020 et, au 7 avril, 59 398 tests ont été réalisés parmi lesquels 16 489 étaient positifs, soit un taux de positivité de 28 %.
Les laboratoires hospitaliers ont effectué, du 24 février au 5 avril, 274 409 tests dont 70 535 positifs pour le SARS-CoV-2. Le taux de positivité des tests était de 29 % en semaine 14.
 
Le nombre de cas confirmés de COVID-19
Entre le 21 janvier et le 7 avril 2020, 78 167 cas de COVID-19 ont été confirmés en France
Cependant, les patients présentant des signes de COVID-19 ne sont plus systématiquement classés et confirmés par test biologique. Le nombre réel de cas de COVID-19 en France est donc supérieur au nombre de cas confirmés. L'évaluation était de 118 785 au 9 avril, selon l'outil gisanddata.

Surveillance dans les établissements médico-sociaux
Depuis le 28 mars 2020 et jusqu'au 7 avril, 4 553 établissements ont signalé un épisode concernant un ou plusieurs cas liés au COVID-19. Il s'agissait de 2 958 (65 %) établissements d'hébergement pour personnes âgées (EPHAD et autres établissements) et 1 595 (35 %) autres établissements médico-sociaux (EMS).
Les 4 553 signalements correspondaient à un total de 30 902 cas de COVID-19 (confirmés et possibles), parmi lesquels 3 237 cas sont décédés dans les établissements.
Hors Île-de-France, sur 21 129 cas, 4 970 étaient des cas confirmés et 16 159 étaient des cas possibles. Parmi ces cas, 2 703 cas confirmés et 6 019 cas possibles ont été rapportés parmi les membres du personnel.
Les données d'Île-de-France ne permettent pas cette différenciation.
 
Hospitalisations, admissions en réanimation, retours à domicile
Le 7 avril 2020, 30 027 cas de COVID-19 ont été hospitalisés en France et, parmi eux, 7 131 en réanimation.
Du 1er mars au 7 avril, 57 021 patients ont été hospitalisés (âge moyen de 69 ans), 7 091 patients sont décédés dans les hôpitaux (71 % étaient âgés de 75 ans et plus).
Et 19 337 patients sont retournés à domicile. Les nombres journaliers des retours à domicile de patients COVID-19 après hospitalisation montrent une nette augmentation sur les derniers jours, notamment en semaine 14 (du 30 mars au 4 avril), cette augmentation semble également s'amorcer pour la semaine 15.
L'évolution des nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a mis en évidence une diminution, entre le 1er et le 5 avril, passant de 4 281 nouvelles hospitalisations à 1 931 le dimanche 5 avril (cf. Figure 1).
 
Figure 1 - Nombre journalier de retours à domicile de patients COVID-19 après hospitalisation. Données françaises du 7 avril 2020

 
De plus, la répartition géographique des cas toujours hospitalisés en réanimation au cours de la journée du 7 avril 2020 montre que les nombres les plus importants sont recensés dans les régions Île-de-France, Grand-Est et Hauts-de-France.
 
Description de cas graves admis en réanimation
Cette surveillance débutée mi-mars s'est appuyée sur un réseau Sentinelles de services de réanimation volontaires. Elle a eu pour objectif de documenter les caractéristiques des cas graves de COVID-19 admis en réanimation.
Depuis le 16 mars 2020, 2 218 cas ont été rapportés par 137 services de réanimation participant à la surveillance du réseau Sentinelles, dont 524 cas admis en semaine 14 (versus 1 035 cas en semaine 13).
Une confirmation virologique a été rapportée pour 2 018 patients admis en réanimation (91 %) et un résultat de scanner avec présence de lésions évocatrices de COVID-19 a été rapporté pour 328 patients (15 %).
Parmi les 2 218 cas, l'âge moyen était de 60 ans (19 % étaient âgés de 75 ans et plus), 54 % étaient des professionnels de santé.
Parmi les 2 218 cas signalés, le ratio homme/femme était de 2,7, avec 73 % d'hommes.
La majorité (62 %) des malades présentaient au moins une comorbidité. Les comorbidités les plus fréquemment rapportées étaient un diabète (23 %), une pathologie cardiaque (19 %), une hypertension artérielle (17 %) et une pathologie pulmonaire (16 %).
Sur l'ensemble des cas signalés, 187 décès ont été rapportés à ce jour. L'âge moyen des personnes décédées était de 71 ans (39 % des personnes décédées étaient âgées de 75 ans et plus). Parmi les cas décédés, 90 % avaient au moins une comorbidité. Les comorbidités les plus fréquentes étaient une pathologie cardiaque (42 %), un diabète (32 %) et une pathologie pulmonaire (27 %).
Enfin, parmi les complications de la réanimation sont signalées : une co-infection ou surinfection dans 89 cas (4 %). Les germes les plus fréquemment constatés étaient : Streptococcus pneumoniae (13 cas), Staphylococcus aureus (12 cas) et Haemophilus influenzae (11 cas).
 
Synthèse des données recueillies
Au cours de la semaine 14, il a donc été observé :
  • une tendance à la stabilisation de la circulation du SARS-CoV-2 à un niveau élevé ;
  • une diminution des recours pour COVID-19 en médecine générale, SOS Médecins et aux urgences hospitalières ;
  • une tendance à la stabilisation des hospitalisations et admissions en réanimation des patients COVID-19 à des niveaux élevés :
    • en réanimation : 61% des cas avaient des comorbidités et 57 % des cas étaient âgés de 65 ans et plus,
    • concernant les décès : 90 % des patients avaient des comorbidités et 89 % étaient âgés de 65 ans et plus. 

Ainsi, il est confirmé que les personnes âgées sont particulièrement touchées, et encore bien plus les collectivités de personnes âgées, dont la mise en place tardive de la surveillance a entraîné un retard, en cours de rattrapage de données, jusqu'alors sous estimées, voire inconnues. Enfin, les malades présentant des comorbidités sont aussi fortement touchés par l'épidémie COVID-19.
Il faut cependant souligner que l'évolution a été favorable pour la majorité des patients : au 9 avril, 25 413 patients sont retournés à leur domicile à leur sortie de l'hôpital.
 
Source

https://www.santepubliquefrance.fr/

Sources : Santé Publique France

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News