COVID- 19 : un vaccin va-t-il nous sortir d’affaire ?

Par FLORET DANIEL -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 420 lecteurs


Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

L'attention du monde est apparemment fix?e sur le vaccin miracle qui va arriver et nous sortir de la situation angoissante et difficile o? nous a plong? le SARS-COV-2, le virus responsable de la COVID-19, nous contraignant ? rester clo?tr?s chez nous, arr?tant l'activit? ?conomique et bousculant nos habitudes de vie tout en mena?ant de tuer en quelques mois plusieurs dizaines voire plusieurs centaines de milliers d'entre nous.

La France n'?chappe pas ? cette attente, situation paradoxale dans un pays o? 40 % de la population d?clarait il y a peu douter de la s?ret? des vaccins [1] o?, face ? une flamb?e ?pid?mique de rougeole on est r?ticent ? utiliser un vaccin dont l'efficacit? et la tol?rance ne sont plus ? d?montrer et o? 50 % des personnes invit?es ? se faire -gratuitement- vacciner contre la grippe omettent de le faire.

Pas de vaccin contre le coronavirus ?

Le coronavirus n'effectue pas sa premi?re sortie. Outre ceux qui circulent habituellement chez nous, responsables essentiellement de rhumes, on a vu apparaitre le SARS-COV qui a circul? de 2002 ? 2003 avant de s'?teindre spontan?ment. En 2010, ce fut le MERS-COV, moins contagieux mais qui continue ? circuler au Moyen-Orient. Des recherches ont bien ?t? men?es dans l'objectif de mettre au point un vaccin contre le SARS-COV, l'arr?t de l'?pid?mie ayant probablement fait passer cet objectif dans un rang moindre de priorit?. Pour le MERS-COV, il existe bien des candidats vaccins, mais pas de vaccin disponible ? ce jour [2]. Dans la mesure o? les virus SARS-COV et SARS-COV-2 sont g?n?tiquement tr?s proches et utilisent le m?me r?cepteur pour p?n?trer dans les cellules [3], les voies de recherche utilis?es pour la mise au point de vaccin contre le SARS-COV sont a priori applicables ? la mise au point de vaccins contre le SARS-COV-2 [3].

Les voies de recherche pour la mise au point de vaccins

Un probl?me important est apparu lors des premi?res exp?riences de candidats vaccins : des animaux de laboratoire ayant re?u diverses formes de candidats vaccins ont pr?sent? apr?s challenge avec une souche de SARS-COV une exacerbation de la maladie avec une infiltration alv?olaire d'?osinophiles du fait d'une r?action immunologique Th2 m?di?e [4]. Ce ph?nom?ne est tout ? fait comparable aux accidents observ?s avec le vaccin contre le VRS obtenu par inactivation du virus par la formaline [4]. En outre, un des vaccins test?s s'est av?r? g?n?rer ce type de complication ainsi qu'une faible efficacit? plus particuli?rement chez l'animal ?g? [4].

Actuellement plusieurs candidats vaccins (liste non exhaustive) sont actuellement en d?veloppement et peuvent ?tre class?s sous trois rubriques [3] :

  • Des vaccins ? virus entiers : une compagnie indienne d?velopperait un vaccin vivant att?nu?. La voie principale explor?e est celle de l'utilisation de vecteurs viraux g?n?tiquement modifi?s pour exprimer des prot?ines immunog?nes du coronavirus. Les virus utilis?s sont l'ad?novirus (par analogie au vaccin d?velopp? contre Ebola), un virus grippal att?nu?, voire le virus vaccinal de la rougeole (Institut Pasteur). L'avantage de ce type de vaccins est leur bonne immunog?nicit? habituelle et leur capacit? ? stimuler les Toll like r?cepteurs (prot?ines des cellules humaines impliqu?es dans l'immunit?). Par contre, ils soul?vent d'importants probl?mes de s?curit?.
  • Des vaccins sous-unitaires ont pour objectif de provoquer une r?ponse immune dirig?e contre la glyprot?ine ? S spike ? du SRAS-COV afin de bloquer sa liaison avec le r?cepteur ACE2 des cellules de l'h?te. Les prot?ines utilis?es sont produites par recombinaison g?n?tique. Divers candidats vaccins appartiennent ? cette cat?gorie dont l'un cible directement le mode de liaison du virus au r?cepteur cellulaire de l'h?te. Ce vaccin pourrait avoir un risque moindre d'induire une immuno-potentialisation de la maladie. Un autre fait appel ? des nanoparticules recombinantes (c'est-?-dire produites par g?nie g?n?tique).
  • Les vaccins ? acide nucl?ique. A noter que cette technique pr?sent?e depuis plus de vingt ans comme l'avenir pour le d?veloppement des vaccins n'a produit, ? ce jour, aucun vaccin utilisable chez l'homme. Dans cette cat?gorie sont d?velopp?s des vaccins ADN ou ARN messager.

La vaccination est une m?thode r?aliste de lutte contre une pand?mie ?

La pand?mie grippale de 2009 caus?e par le virus A(H1N1)pdm09 a ?t? la premi?re opportunit? de tenter de lutter contre une pand?mie par la vaccination. Cette exp?rience qualifi?e en France de fiasco est riche d'exp?rience et m?rite d'?tre rappel?e. La plupart des pays industrialis?s s'?taient pr?par?s ? cette situation du fait de la crainte de voir ?merger une pand?mie due au virus aviaire A(H5N1) qui g?n?rait une l?talit? de l'ordre de 60 %. Des vaccins ? pr?pand?miques ? A(H5N1) avaient ainsi ?t? d?velopp?s. Surtout, avait ?t? ?tabli le principe de vaccin maquette (mock up) : ces vaccins pr? pand?miques ont ?t? enregistr?s de sorte que d?s l'?mergence du virus pand?mique, la souche pr?sente dans le vaccin mock up serait remplac?e par la souche pand?mique, ceci permettant de raccourcir les d?lais administratifs de d?livrance de l'autorisation de mise sur le march?.

La pand?mie a d?but? en avril 2009 au Mexique et fut officiellement d?clar?e par l'OMS le 11 juin 2009. Bien que le virus en cause ne soit pas un virus A(H5N1) les instances europ?ennes (EMA) ont maintenu la strat?gie des vaccins mock up (qui contenaient un adjuvant permettant de r?duire les doses d'antig?nes n?cessaire et par l? produire rapidement plus de vaccins). Ces vaccins ont ?t? produits dans des d?lais record, mais malgr? tout, en France, la vaccination n'a pu d?marrer que le 20 octobre 2009, aux b?n?fices des professionnels de sant? class?s en premi?re priorit?. L'impact de la campagne de vaccination (outre le fait qu'elle n'a touch? que 8 % de la population cible) a probablement ?t? faible sur la cin?tique de l'?pid?mie, les ?tudes de mod?lisation ayant d'ailleurs montr? qu'une vaccination introduite plus de 30 jours apr?s le d?but de la pand?mie n'aurait pas d'impact sur sa dynamique [5].

Il est clair que les ?l?ments favorables dont a b?n?fici? la vaccination contre la pand?mie grippale A(H1N1)pdm09 ne seront pas pr?sents dans la situation actuelle :

  • La technologie de d?veloppement et de production des vaccins grippaux est maitris?e depuis des d?cennies. La s?curit? des vaccins grippaux est bien ?tablie. Pour les vaccins coronavirus, malgr? les nombreux candidats vaccins, tout est ? faire.
  • Lors des pand?mies grippales, le virus pand?mique ? ?touffe ? les virus saisonniers qui ne circulent plus. Ainsi, l'industrie pharmaceutique a pu basculer sur la production de vaccins pand?miques la totalit? de l'outil industriel destin? ? produire les vaccins grippaux. Rien ne permet de penser que le SARS-COV-2 emp?chera les virus grippaux de circuler. C'est donc dans des structures nouvelles que l'industrie devra produire ces nouveaux vaccins pour satisfaire une demande plan?taire. On sait que, du fait notamment de la rigueur des contr?les, la cr?ation d'une unit? de production prend des mois, voire des ann?es.
  • Le fait d'avoir d'embl?e des interrogations sur des probl?mes de s?curit? pour un vaccin en d?veloppement n'est pas de bon augure. Les essais cliniques avec le vaccin VRS inactiv? par la formaline ayant conduit ? des formes graves de la maladie (dont deux d?c?s) ont eu lieu dans les ann?es 1960. Pr?s de 60 ans plus tard, aucun vaccin n'est disponible [6]. Le d?veloppement du vaccin contre la dengue, qui a obtenu r?cemment une autorisation (tr?s restrictive) de mise sur le march?, a pris plusieurs d?cennies. En outre, le COVID-19 affecte pr?f?rentiellement les personnes ?g?es et celles porteuses de comorbidit?s, notamment diab?te et hypertension. Il sera difficile d'enregistrer un vaccin coronavirus sans s'?tre assur? que dans cette cat?gorie de population le vaccin est efficace et bien tol?r?.
  • Il est probablement possible de simplifier les lourdes contraintes administratives qui pr?c?dent l'enregistrement d'un vaccin par les agences r?glementaires. Mais contrairement aux vaccins grippaux pand?miques pr?-enregistr?s, on ne pourra pas se passer des ?tudes pr?-cliniques ou de phase I (au mieux situation actuelle) et proc?der ? une utilisation ? large ?chelle sans passer par des ?tudes de phase II et surtout de phase III. Puis, si tout se passe bien, viendra la phase de production dont les difficult?s ont d?j? ?t? ?voqu?es.

N'avons-nous rien ? attendre d'une vaccination pand?mique ?

La r?ponse est ?videmment non. Personne ne sait quelle sera la dur?e de cette pand?mie. Celle li?e au SARS-COV a ?t? plut?t br?ve. La pand?mie de grippe espagnole a dur? plus d'une ann?e et a comport? trois vagues. Les mesures de confinement adopt?es par la plupart des pays concern?s sont cens?es ?cr?ter le pic de l'?pid?mie (afin d'?viter que les syst?mes de soin ne soient d?bord?s) ce qui devrait avoir pour effet de prolonger la circulation du virus jusqu'? atteindre le seuil d'immunit? de groupe qui l'arr?tera. L'arriv?e d'un vaccin dans quelques mois (perspective optimiste) pourrait garder un int?r?t de protection individuelle pour ceux qui n'auraient pas encore ?t? infect?s, voire juguler une seconde vague de l'?pid?mie.

En outre, ann?es 2000 : SARS-COV, ann?es 2010 : MERS-COV, 2019 : SARS-COV-2…A quand la prochaine ? Elle viendra et il convient de s'y pr?parer, la vaccination pouvant ?tre un atout majeur pour lutter contre la prochaine pand?mie. Certes, le prochain SARS-COV sera g?n?tiquement et immunologiquement diff?rent de l'actuel, mais peut ?tre pas tant que cela si on en juge par la parent? entre SARS-COV et SARS-COV-2 (89% de nucl?otides communs [3]). S'il para?t peu plausible, ? ce stade d'imaginer un vaccin universel contre les coronavirus, il est par contre possible d'envisager la mise au point d'un vaccin susceptible de manifester une relative immunit? crois?e avec des souches immunologiquement proches, notamment gr?ce ? l'adjonction d'un adjuvant. Lors de la pr?paration ? une pand?mie grippale A(H5N1), une ?tude de mod?lisation avait montr? qu'une vaccination de masse avec un vaccin partiellement efficace avait un impact plus important sur la dynamique de la pand?mie qu'une vaccination limit?e avec un vaccin plus efficace [7]. L'id?e ?tait alors d'utiliser la strat?gie dite ? prime-boost ? c'est-?-dire une pr? immunisation large avec un vaccin pr? pand?mique partiellement protecteur. On remplacerait l'antig?ne de ce vaccin par celui de la souche pand?mique d?s que connue, ce vaccin pand?mique ?tant administr? ? titre de rappel. Cette strat?gie est probablement applicable au coronavirus. Toutefois, de nombreuses questions resteront pos?es : l'industrie s'engagera-t-elle dans ce type de strat?gie risqu?e et peu rentable sans avoir la certitude que le vaccin fabriqu? sera achet? ? Les ?tats seront-ils pr?ts ? acqu?rir et ? stocker des millions de dose de vaccins qui ne seront peut-?tre jamais utilis?s, voire p?rim?s lorsque n?cessaires ? Quand faudra-t-il d?clencher la primo vaccination et bien s?r, quelle sera l'adh?sion ?

En conclusion

Il est fort improbable qu'un vaccin joue un r?le significatif dans la r?solution de l'actuelle pand?mie de COVID-19. La mobilisation massive actuelle des chercheurs institutionnels, acad?miques ou industriels pour la mise au point d'un vaccin efficace contre le coronavirus est cependant non seulement licite mais indispensable. D?s lors que ce type de vaccin aura d?montr? son efficacit? et sa bonne tol?rance, il sera bien s?r utilis? si la pand?mie perdure. Dans le cas contraire, et de toute fa?on, il faudra s'interroger sur la mise au point de strat?gies vaccinales propres ? enrayer une prochaine pand?mie, qui ne manquera pas de survenir.

Cette pand?mie aura peut-?tre eu un m?rite : celui de faire prendre conscience que la gestion des maladies infectieuses transmissibles est difficile en l'absence de vaccin. C'est bien gr?ce aux vaccins que nous n'avons plus ? g?rer ce genre de situation pour la dipht?rie, la poliomy?lite, et bien s?r la variole, maladies oubli?es.

R?f?rences ?

  1. Larson HJ, de Figueredo A, Xiahong Z, Schultz WS, Verger P, Johnston IG, & al. The state of vaccine confidence 2016 : global insight through a 67- country survey. EBio Medecine 2016 ; 12 : 295- 301.
  2. Schindewolf C, ?Menachery VD. Middle East Respiratory Syndrome Vaccine Candidates: Cautious Optimism. Viruses 2019, 11, 74; doi:10.3390/v11010074.
  3. Chen WH, Strych U, Hotez PJ, Bottazzi ME. The SARS-CoV-2 Vaccine Pipeline: an Overview. Current Tropical Medicine Report.
  4. Curti TE, Jones K, Zhan B, Hotez PJ. Roadmap to developing a recombinant coronavirus S protein receptor-binding domain vaccine for severe acute respiratory syndrome. Expert Rev. Vaccines 2012 ; 11 : 1405–1413.
  5. Haut Conseil de la sant? publique.Pand?mie grippale. Pertinence de l'utilisation d'un vaccin pand?mique dirig? contre le virus A(H1N1)v [v pour variant] (22 juin 2009). Pertinence de l'utilisation d'un vaccin monovalent, sans adjuvant, dirig? contre le virus grippal A(H1N1)v [v pour variant] (8 juillet 2009).
  6. Castilow EM, Olson MR, Varga SM. Understanding respiratory syncytial virus (RSV) vaccine-enhanced disease. Immunol Res 2007 ; 39:225–239.
  7. Riley S, Wu JT, Leung GM. Optimizing the dose of prepandemic influenza vaccines to reduce the infection attack rate. PloS Med, 2007; 4: e218.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News