LAMZEDE : premier traitement enzymatique substitutif de l'alpha-mannosidose

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1069 lecteurs


LAMZEDE 10 mg poudre pour solution pour perfusion IV (velmanase alfa) est une nouvelle spécialité hospitalière indiquée dans le traitement enzymatique substitutif des manifestations non neurologiques chez les patients atteints d'alpha-mannosidose légère à modérée.
L’alpha-mannosidose est une maladie lysosomale due à une mutation du gène MAN2B1 situé au niveau du chromosome 19 et codant l’enzyme alpha-mannosidase (illustration).

L’alpha-mannosidose est une maladie lysosomale due à une mutation du gène MAN2B1 situé au niveau du chromosome 19 et codant l’enzyme alpha-mannosidase (illustration).


LAMZEDE 10 mg poudre pour solution pour perfusion (2 mg/mL) est le premier médicament enzymatique substitutif (TES) indiqué dans les manifestations non neurologiques des patients atteints d'alpha-mannosidose légère à modérée (cf. Encadré 1 et VIDAL Reco "Maladies rares - Alpha-mannosidose"). 

En effet, aucun traitement de l'alpha-mannosidose n'existe à ce jour. La prise en charge repose sur des soins de support multidisciplinaires et des traitements à visée symptomatique (prévention et traitement des infections, traitement otolaryngologique, utilisation éventuelle d'un appareillage auditif, aide éducative précoce, physiothérapie, chirurgie orthopédique, etc.).

 
Encadré 1 - L'alpha-mannosidose en bref
L'alpha-mannosidose est une maladie de surcharge lysosomale caractérisée par une immunodéficience, des anomalies faciales et squelettiques, une déficience auditive et un déficit intellectuel.

Maladie génétique rare (prévalence européenne estimée à environ 0,1/100 000 naissances vivantes) à transmission autosomique récessive, l'alpha-mannosidose est liée à la réduction de l'activité d'une enzyme lysosomale ubiquitaire présente dans l'ensemble des cellules de multiples organes, l'alpha-mannosidase.
Il en résulte une accumulation intracellulaire toxique d'oligosaccharides riches en mannose entraînant un dysfonctionnement cellulaire et altérant le système immunitaire. 
 
Trois formes cliniques de sévérité distincte sont identifiées :
  • une forme sévère, diagnostiquée à la naissance, avec des anomalies squelettiques et à progression rapide, aboutissant à un décès précoce (à moins de 8 ans) lié à l'atteinte du système nerveux central ou à la myopathie ;
  • une forme de sévérité modérée, la plus représentée, diagnostiquée avant l'âge de 10 ans, avec des anomalies squelettiques et à progression lente, mais avec le développement d'ataxie à l'âge de 20-30 ans ;
  • une forme de faible sévérité, diagnostiquée après l'âge de 10 ans, sans anomalies squelettiques et à progression très lente, avec à long terme un état de dépendance physique (nécessitant généralement un fauteuil roulant), psychologique et sociale.

Le pronostic de l'alpha-mannosidose est variable et dépendant de la sévérité de la maladie et de l'âge de survenue des premiers signes cliniques. Dans les formes cliniques légères à modérés, les patients atteignent l'âge adulte et peuvent vivre plus de 50 ans.  

Le principe actif de LAMZEDE, le velmanase alfa, est une forme recombinante de l'alpha-mannosidase humaine naturellement présente dans les lysosomes, destinée à complémenter ou remplacer l'alpha-mannosidase naturelle dont l'activité est réduite chez les patients atteints d'alpha-mannosidose. Ce médicament a bénéficié d'un ATU (autorisation temporaire d'utilisation) nominative avant l'obtention de son AMM (autorisation de mise sur le marché) européenne en 2018.
 
SMR modéré et ASMR mineure
Dans son avis du 12 décembre 2018, la Commission de la Transparence a évalué LAMZEDE sur la base de 2 études de phase III :
  • rhLAMAN-05 : étude randomisée contrôlée versus placebo, en double aveugle, ayant inclus 25 patients âgés de 6 à 35 ans pendant une durée de 1 an, sur l'amélioration du test de montée de marches sur 3 minutes (3MSCT) et la réduction de la concentration sérique moyenne en oligosaccharides après 52 semaines de traitement ;
  • rhLAMAN-10 : étude non randomisée, non contrôlée, en ouvert sur 34 patients âgés de 6 à 35 ans, qui est une analyse groupée de différentes études.

Selon les résultats de ces études, la supériorité de LAMZEDE a été démontrée versus placebo uniquement sur un critère de jugement biologique, la réduction de la concentration sérique en oligosaccharides après un an de traitement.
Les résultats suggèrent par ailleurs une stabilisation de l'évolution de la maladie avec LAMZEDE par rapport à une dégradation observée sous placebo, mais sans d'amélioration.
Pour autant,  l'hétérogénéité des manifestations cliniques de cette maladie et l'absence de standardisation de l'évaluation clinique de cette maladie, rendent difficile la détermination d'un critère de jugement clinique pertinent unique et commun.

En termes de tolérance, les événements indésirables les plus fréquents survenus au cours de ces études cliniques ont été les rhinopharyngites (67% dans l'étude rhLAMAN-05 et 70 % dans l'étude rhLAMAN-10), la fièvre (40 % et 33%) et les céphalées (33 % et 39 %). Deux événements indésirables graves considérés comme liés au traitement ont été rapportés : un cas d'insuffisance rénale aiguë et un cas de perte de conscience.

Au terme de son évaluation, la Commission estime que LAMZED apporte un service médical rendu (SMR) modéré et une amélioration du SMR mineure (ASMR IV) dans l'indication de son autorisation de mise sur le marché.
La Commission précise que des incertitudes subsistent en termes d'efficacité et de tolérance à long terme de ce médicament administré par perfusion hebdomadaire intraveineuse.

LAMZEDE en pratique : administration hebdomadaire
LAMZEDE est un médicament réservé à l'usage hospitalier. Le traitement doit être supervisé par un médecin expérimenté dans la prise en charge des patients atteints d'alpha-mannosidose ou l'administration d'autres traitements enzymatiques substitutifs (TES) pour les maladies de surcharge lysosomale.

La posologie recommandée est de 1 mg/kg de masse corporelle, administré 1 fois par semaine en perfusion intraveineuse (IV) à débit contrôlé (cf. Monographie VIDAL - Rubrique Posologie et Mode d'administration). 

La durée de la perfusion doit être calculée au cas par cas, sans dépasser un débit de perfusion maximal de 25 mL/heure afin de contrôler la charge protéique. La durée de la perfusion doit être au minimum de 50 minutes. 

Le patient doit être maintenu en observation, afin de surveiller les éventuelles réactions liées à la perfusion, pendant au moins 1 heure après la perfusion, selon son état clinique et l'avis du médecin (cfEncadré 2). 

Encadré 2 - Prise en charge des réactions associées à la perfusion de LAMZEDE
La prise en charge des réactions liées à la perfusion de LAMZEDE dépend de la sévérité de la réaction et peut comprendre :
  • une réduction du débit de perfusion,
  • l'administration de médicaments de type antihistaminiques, antipyrétiques et/ou corticoïdes,
  • et/ou l'arrêt et la reprise du traitement en allongeant la durée de perfusion.
Une prémédication à base d'antihistaminiques et/ou de corticoïdes peut prévenir la survenue de nouvelles réactions dans les cas où un traitement symptomatique a été nécessaire.

Chaque flacon de LAMZEDE est à usage unique strict. Les instructions pour la reconstitution et l'administration de LAMZEDE sont décrites dans la monographie VIDAL.

Avant utilisation, LAMZEDE doit être conservé et transporté réfrigéré (entre 2 °C et 8 °C), dans l'emballage d'origine, à l'abri de la lumière.

La solution pour perfusion reconstituée doit également être conservée entre 2 °C et 8 °C. L'utilisation immédiate est recommandée. 

Identité administrative 

Pour aller plus loin 
Avis de la Commission de la Transparence - LAMZEDE (HAS, 12 décembre 2018)

Sources : J.O. (Journal Officiel), HAS (Haute Autorité de Santé), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2020-02-13

Archives des Vidal News