Rattrapage vaccinal : les recommandations de la Haute Autorité de Santé

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 7379 lecteurs


La Haute Autorité de Santé (HAS), en partenariat avec la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), propose un ensemble de recommandations relatives au rattrapage vaccinal dans diverses situations : statut vaccinal incomplet, inconnu, ou incomplètement connu, en population générale et chez les migrants primo-arrivants.

Ces recommandations se présentent sous la forme d'un document détaillé de 303 pages et de quatre fiches de synthèse consacrées respectivement :

Les objectifs de ces recommandations visent notamment à préciser les modalités pratiques du rattrapage vaccinal, ainsi que la place des sérologies dans ces circonstances.
Il s'agit également de faire progresser la couverture vaccinale de la population sur le territoire français et de réduire le risque épidémique, ce qui nécessite des changements structurels et des moyens.
Selon la HAS, toutes les opportunités de rattrapage vaccinal doivent être saisies (illustration).

Selon la HAS, toutes les opportunités de rattrapage vaccinal doivent être saisies (illustration).


Sur demande de la DGS (Direction générale de la Santé), la HAS (Haute Autorité de Santé), en partenariat avec la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), a élaboré des recommandations relatives au rattrapage vaccinal en situation de statut vaccinal incomplet, inconnu ou incomplètement connu

Ces recommandations, complémentaires au calendrier vaccinal actualisé chaque année, visent à renforcer la mise à jour du statut vaccinal dans la population française afin d'améliorer la couverture vaccinale sur l'ensemble du territoire. 

Elles concernent l'ensemble des vaccins disponibles sur le marché français et recommandés par les autorités de santé (vaccins obligatoires et recommandés).

Suivi vaccinal : les français méconnaissent leur statut
Ces recommandations sont jugées d'autant plus nécessaires que la question du statut vaccinal se pose fréquemment. 

D'après l'enquête Baromètre santé 2016 réalisée par Santé publique France auprès de 14 875 personnes âgées de 18 à 75 ans résidant en France métropolitaine, plus d'une personne interrogée sur 6 n'est pas sûre d'être à jour de sa vaccination DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite). Les résultats du Baromètre santé 2010 montrait déjà une méconnaissance des Français sur leur statut vaccinal : plus d'un quart de ceux âgés de 15 à 79 ans (27 %) ne connaissaient pas la nature du dernier vaccin qu'ils avaient reçu.

Statut vaccinal non conforme aux recommandations : des situations diverses à identifier
Les situations de non-conformité aux recommandations vaccinales en vigueur sont diverses : 
  • statut vaccinal incomplet : les recommandations sont appliquées partiellement, ou les schémas de vaccination ne sont pas complets ;
  • statut vaccinal incomplètement connu : cette situation est souvent consécutive à la perte du carnet de santé où sont normalement consignées toutes les vaccinations réalisées depuis l'enfance ;
  • retard vaccinal : cette situation est observée dans des contextes familiaux particuliers provoquant une négligence du suivi vaccinal (déménagement, etc.),
  • statut vaccinal inconnu : c'est particulièrement le cas chez des sujets âgés, qui ne dispose pas de carnet de santé, ou pour les étrangers arrivant sur le sol français.

Dans tous les cas, les professionnels de santé doivent vérifier systématiquement le statut vaccinal et, si nécessaire, mettre en œuvre le rattrapage vaccinal.
Seules les preuves vaccinales documentées sont considérées comme des informations fiables sur les antécédents vaccinaux.

Après un rattrapage, une traçabilité systématique des vaccinations réalisées est nécessaire sur un support standardisé et si possible électronique.


Des recommandations distinctes pour la population générale et les migrants primo-arrivants
Pour élaborer ces recommandations, la HAS a distingué deux populations : 
  • la population générale, 
  • la population des migrants primo-arrivants. 

Pour chacune de ces populations, des cas concrets viennent illustrer la démarche recommandée avant d'envisager le rattrapage vaccinal, et si nécessaire les modalités pour le réaliser : 
  • population générale (fiche de synthèse et exemples associés) : toutes les opportunités de rattrapage vaccinal doivent être saisies, en particulier à certains moments-clés du parcours de vie ; 
  • migrants primo-arrivants (fiche de synthèse et exemples associés) : le rattrapage vaccinal doit être réalisé le plus tôt possible après l'entrée sur le territoire, et dans un délai optimal de 4 mois après l'arrivée, notamment à l'occasion du "Rendez- vous Santé"

Pertinence de réaliser une sérologie pré-vaccinale
Il n'existe pas de consensus international relatif à l'intérêt d'une sérologie pré- et postvaccinale en cas de statut vaccinal inconnu, et chaque pays a défini ses propres recommandations. 

En France, la HAS estime que :
  • le dépistage de l'hépatite B en prévaccinal, quand il est indiqué, et le dosage des anti-corps anti-tétaniques et anticorps anti-HBs en post-vaccinal peuvent être utilisés pour guider le rattrapage vaccinal ;
  • le TROD (test rapide d'orientation diagnostique) Ag HBs peut remplacer la sérologie prévaccinale quand elle n'est pas accessible ;
  • la sérologie varicelle peut être utile pour guider le rattrapage, en particulier des personnes migrantes (adolescents et jeunes adultes) ne rapportant pas d'antécédent clinique de varicelle.
En revanche, les autres sérologies (rougeole, diphtérie, etc.) et TROD (tétanos, anti-HBs, anti-HBc) ne sont pas recommandés.

Évaluation du risque d'hyperimmunisation en cas de revaccination systématique 
La HAS a également évalué le risque d'hyperimmunisation en cas de vaccinations répétées (rattrapage de vaccination chez des personnes déjà vaccinées), à partir de la littérature internationale. Les données sont rassurantes et d'une manière générale, il n'est pas dangereux d'administrer des vaccins à une personne éventuellement déjà immunisée vis-à-vis d'une maladie (rougeole-oreillons-rubéole, varicelle, poliomyélite inactivé, Haemophilus influenzae b, hépatite A, hépatite B) ; par conséquent, le rattrapage vaccinal est indiqué en cas de statut inconnu

Concernant le vaccin contre le tétanos, l'administration de doses excédentaires de vaccins à base d'anatoxines tétaniques ou d'antigènes diphtériques peut entraîner une réactogénicité accrue. Cependant, la survenue d'effets indésirables liés à cette hyperimmunisation est peu fréquente et les effets sont le plus souvent bénins et d'évolution favorable ; elle ne contre-indique pas le rattrapage vaccinal et la reprise du calendrier vaccinal français. 

Deux schémas de rattrapage : simplifié ou avancé
La HAS recommande deux schémas de rattrapage vaccinal : 
  • le rattrapage simplifié : solution immédiate, optimale et réalisable en un temps. 
  • le rattrapage avancé : solution plus complète, au plus près de l'immunité réelle et mise en œuvre sur plusieurs consultations avec l'aide de sérologies post-vaccinales.

Vaccins à privilégier pour débuter le rattrapage
Il s'agit des vaccins protégeant contre les maladies infectieuses invasives et/ou ceux nécessitant plusieurs doses parmi ceux indiqués en fonction de l'âge (cf. Encadré 1).

Encadré 1 - Vaccins à privilégier pour débuter le rattrapage
• DTCaP ± Hib ± HepB/dTcaP/dTP (obligatoire)
• Hib (jusqu'à 5 ans inclus) (obligatoire)
• VPC13 (jusqu'à 2 ans inclus) (obligatoire)
• MenC (moins de 25 ans) (obligatoire)
• ROR (1 an et plus, et nés après 1980) (obligatoire)
• Hep B (jusqu'à 15 ans inclus ou exposé à un risque) (obligatoire)
• HPV (filles 11-19 ans et HSH jusqu'à 26 révolus)
• Grippe annuellement pour les 65 ans et plus
• VPC13-PPP23 (à partir de 2 ans et plus si exposé à un risque)

Chronologie du rattrapage vaccinal : plusieurs injections le même jour
Jusqu'à 4 injections peuvent raisonnablement être réalisées au cours d'une même séance de vaccination dans des sites différents, et dans la limite de ce qui est accepté par la personne vaccinée. L'injection concomitante de plus de deux vaccins est généralement bien tolérée, sans augmentation de réactogénicité par rapport à la réalisation d'injections à des visites distinctes. Pour limiter le nombre d'injections, les vaccins combinés sont à privilégier.  

Exception : ROR et fièvre jaune
Tous les vaccins peuvent être administrés le même jour ou à n'importe quel intervalle à l'exception de l'administration de 2 vaccins vivant viraux qui sont préférentiellement réalisés soit le même jour, soit à 28 jours d'intervalle. L
a coadministration d'un vaccin contre la fièvre jaune et d'un vaccin ROR (rougeole - oreillons - rubéole) doit être évitée et un délai minimum de 4 semaines est recommandé entre ces vaccins.

Pour aller plus loin
Rattrapage vaccinal en situation de statut vaccinal incomplet, inconnu, ou incomplètement connu - En population générale et chez les migrants primo-arrivants (HAS, 29 janvier 2020)
Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2019 - Ministère de la Santé


Recommandations pour le rattrapage vaccinale
Rattrapage vaccinal en situation de statut vaccinal incomplet, inconnu, ou incomplètement connu - En population générale et chez les migrants primo-arrivants Statut vaccinal inconnu


Fiches - population générale
Fiche synthèse Rattrapage vaccinal population générale 
Fiche synthèse exemples rattrapage vaccinal en pratique  

Fiches - migrants primo-arrivants
Fiche synthèse rattrapage vaccinal migrants primo arrivants 
Fiche synthèse exemples rattrapage migrants 

Sources : HAS (Haute Autorité de Santé)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2020-02-13

Archives des Vidal News