DARZALEX (daratumumab) : nouveau risque identifié de réactivation du virus de l'hépatite B

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
5.0
(1 note)
vu par 1395 lecteurs


L'analyse des données cliniques relatives au daratumumab (DARZALEX) a mis en évidence un risque de réactivation du virus de l'hépatite B (VHB) chez des patients traités par cet anticorps monoclonal hospitalier. Certains cas ont été d'issue fatale.
 
En conséquence, tous les patients doivent désormais faire l'objet d'un dépistage de l'infection par le VHB, que ce soit avant l'initiation d'un traitement par daratumumab ou en cours de traitement si le statut virologique n'est pas connu.

En cas de sérologie positive au VHB, une surveillance clinique et biologique doit être mise en place pendant le traitement, et au-delà. 
En cas de réactivation du VHB, le traitement par daratumumab doit être arrêté. Une reprise peut être envisagée chez les patients pour lesquels la réactivation du VHB est correctement contrôlée.
Représentation en 3D de virus hépatiques (illustration).

Représentation en 3D de virus hépatiques (illustration).


Une mise en garde relative au risque de réactivation du virus de l'hépatite B (VHB) est ajoutée dans les documents d'information relatifs à l'anticorps monoclonal hospitalier  DARZALEX 20 mg/mL solution à diluer pour perfusion (daratumumab) [Cf. Encadré 1]. 

Encadré 1 - Indications thérapeutiques de DARZALEX
Traitement du myélome multiple (Cf. VIDAL Reco "Myélome multiple") : 
  • en association avec le bortézomib, le melphalan et la prednisone pour le traitement des patients adultes atteints d'un myélome multiple nouvellement diagnostiqué et non éligibles à une autogreffe de cellules souches ;
  • en monothérapie, pour le traitement des patients adultes atteints d'un myélome multiple en rechute et réfractaire, pour lesquels les traitements antérieurs incluaient un inhibiteur du protéasome et un agent immunomodulateur et dont la maladie a progressé lors du dernier traitement ;
  • en association avec le lénalidomide et la dexaméthasone, ou le bortézomib et la dexaméthasone, pour le traitement des patients adultes atteints d'un myélome multiple ayant reçu au moins un traitement antérieur.

Délai de survenue, facteurs de risques et gravité
Le risque de réactivation du VHB a été mis en évidence au cours d'une revue cumulée des données issues des essais cliniques et recueillies depuis la commercialisation de DARZALEX en 2016 (notre article du 26 juin 2019).

Au total, 6 cas ont été rapportés dont la plupart étaient considérés comme non graves ; les plus graves ont cependant conduit au décès du patient. 
Presque tous les cas sont survenus durant les 6 premiers mois de traitement. 

Les facteurs de risque identifiés sont : 
  • un antécédent de greffe autologue de cellules souches, 
  • l'administration antérieure ou concomitante d'un traitement immunosuppresseur, 
  • des patients vivant ou originaires de régions avec une forte prévalence du VHB.  

Un relation de causalité qui ne peut être exclue
"Le rôle du daratumumab dans la survenue des cas rapportés de réactivation du VHB est confondu par la pathologie sous-jacente, étant donné que les patients atteints de myélome multiple sont immunodéprimés", indique le laboratoire Janssen-Cilag dans sa lettre aux professionnels de santé de juin 2019. 

Le laboratoire précise que, dans plusieurs cas, le daratumumab était associé à d'autres traitements également associés à un risque de réactivation virale (lénalidomide, bortézomibCf. Encadré 1). 
Bien qu'elle ne soit pas formellement établie, la relation de causalité daratumumab/réactivation VHB ne peut pas être exclue. 

Patients sous DARZALEX : dépistage systématique du VHB
Ces nouvelles données conduisent à rendre systématique le dépistage d'infection par le VHB : 
  • avant l'initiation du traitement par DARZALEX pour les sujets non encore traités,
  • en cours de traitement si la sérologie au VHB est inconnue. 

En cas de sérologie positive sans réactivation du VHB, la surveillance clinique et biologique doit être réalisée pendant le traitement, et au moins 6 mois après l'arrêt du traitement.

En cas de réactivation du VHB : arrêt du traitement DARZALEX
Si une réactivation du VHB est observée, le traitement par daratumumab doit être arrêté. Le patient doit être orienté vers un médecin spécialisé dans le traitement des infections par le VHB.

Le traitement par DARZALEX peut être repris si la réactivation du VHB est correctement contrôlée, en accord avec le médecin spécialiste du VHB. 

Pour aller plus loin 
DARZALEX (daratumumab) : risque de réactivation du virus de l'hépatite B (ANSM, 2 juillet 2019)
Lettre du laboratoire aux professionnels de santé (sur le site de l'ANSM, juin 2019)

Sur VIDAL.fr
Myélome multiple : DARZALEX (daratumumab), premier anticorps monoclonal anti-CD38 (26 juin 2019)

Sources : EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-07-18

Archives des Vidal News