Pas de recommandation du vaccin contre la dengue Dengvaxia pour La Réunion

Par ELISABETH NICAND -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)


Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

En décembre 2018, le vaccin contre la dengue Dengvaxia a été autorisé en Europe avec comme indication, la prévention de la dengue due aux sérotypes 1, 2 , 3 et 4 chez les personnes âgées de 9 à 45 ans qui ont déjà infectées par le virus de la dengue et qui vivent dans les régions endémiques. La preuve d'une infection antérieure est apportée par des antécédents documentés de dengue ou par un dépistage sérologique. Selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la vaccination par Dengvaxia sans dépistage préalable peut être réalisée lorsqu'au moins 80 % de la population a été infectée (taux de séroprévalence). L'Agence européenne du médicament (dossier d'autorisation de mise sur le marché [AMM]) et l'OMS s'accordent par ailleurs sur le fait que le vaccin ne doit pas être utilisé pour juguler une flambée épidémique ni chez les voyageurs.

Suite à cette autorisation, la Haute Autorité de santé a été saisie par la Direction Générale de la santé pour mettre à jour les recommandations vaccinales françaises. En France, la dengue est présente dans les départements français d'outre-mer : Guyane, Guadeloupe, Martinique, Mayotte et La Réunion. C'est dans un premier temps pour ce dernier département que la Haute Autorité de santé a émis des recommandations fin janvier 2019.

La Réunion : département avec faible circulation du virus de la dengue et l'absence de critère pour conclure à une endémisation de la dengue.

A La Réunion, jusqu'en 2016, la circulation du virus de la dengue a été discontinue et de faible intensité avec de longues périodes inter-épidémiques. En 2008, une étude réalisée chez les donneurs de sang a montré une séroprévalence globale de 3,1 % aux virus de la dengue. Cette valeur augmentait avec l'âge pour atteindre 8,8 % chez les personnes âgées de 50 ans et plus. Ce taux de séroprévalence correspond donc à une faible circulation du virus. Cependant, il est observé depuis 2017 une augmentation du nombre de cas de dengue avec, pour la première fois, des cas diagnostiqués durant l'hiver austral (période de juin à octobre). Le risque de survenue d'une épidémie de dengue à La Réunion en 2019 a été évalué par un modèle mathématique. L'épidémie concernerait fin 2019 entre 17 % et 50 % de la population, c'est-à-dire un taux très inférieur à celui recommandé par l'OMS pour envisager une vaccination sans sérologie préalable. A ce stade, il n'y a pas de critère pour conclure à une proche endémisation de la dengue à La Réunion.

Vacciner contre la dengue par Dengvaxia des personnes antérieurement infectées par la dengue.

Une infection par l'un des sérotypes du virus de la dengue entraîne une réaction immune spécifique et durable vis-à-vis du virus en cause et une réaction hétérotypique transitoire contre les autres sérotypes. La survenue ultérieure d'une infection liée à un autre sérotype est associée à une augmentation du risque de survenue d'une forme grave de dengue. Or, le suivi à long terme des études cliniques ayant servi de base au dossier d'AMM a montré que vacciner les personnes non préalablement infectées par le virus de la dengue augmentait le risque d'hospitalisation pour dengue grave chez ces personnes.  Ces données ont été reprises par l'OMS dans le cadre de la sécurité vaccinale dès 2018.

Par conséquent, en l'absence d'antécédent documenté d'infection, la preuve de l'infection doit être apportée par la sérologie. Les tests utilisés doivent avoir un degré élevé de sensibilité (permettant de repérer les personnes antérieurement infectées) et de spécificité (permettant d'éviter de vacciner des personnes ayant un test sérologique faussement positif). A ce jour, aucun des tests disponibles ne remplit ces critères, d'autant que les tests sérologiques pour la dengue peuvent croiser avec d'autres flavivirus (notamment les virus Zika, West Nile ou de la fièvre jaune).

Pas de recommandation vaccinale contre la dengue par Dengvaxia pour les personnes résidant ou voyageant à La Réunion.

Au vu de la circulation du virus de la dengue à La Réunion, qui ne permet pas de considérer cette île comme une zone d'endémie, des données de tolérance du vaccin, du groupe d'âge autorisé pour le vaccin (les personnes âgées de 9 à 45 ans) et de l'absence de tests spécifiques performants pour déterminer les personnes préalablement infectées par le virus de la dengue, la Haute Autorité de santé, dans son avis de janvier 2019, ne recommande pas cette vaccination pour les personnes résidant ou devant se rendre à La Réunion.

Cette non recommandation à La Réunion ne modifie pas la position vis-à-vis de cette vaccination publiée en juillet 2016, avant l'autorisation de mise sur le marché du vaccin Dengvaxia.

L'évaluation du vaccin Dengvaxia pour les autres territoires français où le virus de la dengue circule, c'est-à-dire Mayotte et les départements des Amériques (Guyane, Guadeloupe et Martinique) fera rapidement l'objet d'un nouvel avis.

Source : Haute Autorité de santé.

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-09-12

Archives des Vidal News