Deux nouvelles souches de type A dans le prochain vaccin grippal 2019-2020 pour l'hémisphère nord

Par ELISABETH NICAND -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 151 lecteurs


Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

Les virus grippaux ont la propriété de muter facilement, particulièrement ceux de type A et dans une moindre mesure ceux de type B. Tous les ans, de nouveaux virus apparaissent et il faut souvent adapter les vaccins grippaux à ces modifications pour qu'ils soient le plus efficaces possible. Chaque année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fait la synthèse des données épidémiologiques de la grippe saisonnière pour prédire au mieux les virus grippaux qui circuleront au cours de la prochaine saison grippale et adapter en conséquence la composition des vaccins.

L'OMS vient de finaliser les recommandations de composition du vaccin grippal pour l'hémisphère nord, qui sera disponible en octobre 2019 pour prévenir la grippe durant la prochaine saison hivernale. La définition de la composition du vaccin grippal 2019-2020 s'est déroulée cette année en deux étapes. En février 2019, les souches A(H1N1) et les souches B (celles-ci étant séparées en deux lignées, appelées Victoria et Yamagata) ont été validées. Il a fallu plus de temps pour sélectionner la souche A(H3N2) en raison de la diversité antigénique des virus appartenant à ce sous-type et de leur circulation encore intense en février 2019.

Le 22 mars 2019, l'OMS a complété la recommandation pour le virus vaccinal A(H3N2) à inclure dans la composition du vaccin grippal hémisphère nord 2019-2020. Ainsi, la souche A(H1N1) et la souche A(H3N2) seront toutes deux différentes par rapport à la saison précédente, alors que les deux souches B seront identiques.

Dans la nomenclature utilisée pour définir les souches vaccinales, on trouve dans l'ordre la lettre (A ou B) désignant le type de virus grippal, le lieu d'isolement de la souche virale, le numéro de la souche, l'année d'isolement puis, pour les virus de type A uniquement, le sous-type (combinaison de deux antigènes, la neuraminidase N et l'hémagglutinine H). 

Le vaccin grippal tétravalent 2019-2020 sera composé des souches virales suivantes (en gras les nouvelles souches par rapport à la saison précédente) : 

  • A/Brisbane/02/2018 (H1N1)pdm09, actuellement prédominante à l'échelle mondiale ;
  • A/Kansas/14/2017 (H3N2) ;
  • B/Colorado/06/2017 (lignée Victoria/2/87) ;
  • B/Phuket/3073/2013 (lignée Yamagata/16/88).

Par comparaison avec la composition du vaccin grippal 2019 pour l'hémisphère sud, qui sera utilisé dès le mois d'avril prochain à La Réunion et à Mayotte, les deux souches A(H1N1) et A(H3N2) sont également différentes.

La grippe 2018-2019 : majoritairement due à la circulation des virus grippaux A (H1N1) pdm09 et A(H3N2).

En Europe, l'activité grippale est en cours de diminution mi-mars 2019. L'épidémie de grippe 2018-2019 est due à 99 % à la co-circulation de virus grippaux A(H1N1) et A(H3N2). C'est ce qui est également observé en France, aussi bien en métropole que dans les départements d'Amérique (Guadeloupe, Martinique et Guyane). A Mayotte, l'activité grippale était encore intense mi-mars 2019. A la date du 20 mars 2019, l'épidémie de grippe, survenue assez tardivement cette année (mi-janvier 2019) a été responsable de 1.757 cas graves hospitalisés en réanimation et d'environ 7.200 décès tous âges confondus.

Au niveau européen, les premières données (car l'épidémie n'était pas encore terminée mi-mars 2019) indiquent une efficacité vaccinale globale de 59 % (IC95 : 32-78), tous virus confondus, chez les personnes à risque éligibles aux recommandations vaccinales. En France, l'estimation de l'efficacité vaccinale grippale chez les personnes à risque est de 67 % [IC95% : 42 ; 81] contre le virus A(H1N1)pdm09 et de 31 % [IC95% : 1 ; 52] contre le virus A(H3N2).

Des résultats encourageants sur la progression de la couverture vaccinale contre la grippe.

Dans le document sur la stratégie de lutte contre la grippe 2019-2030, l'OMS définit les trois objectifs suivants : prévenir la grippe saisonnière, empêcher la transmission des virus grippaux de l'animal à l'homme et se préparer à la prochaine pandémie grippale. La vaccination des personnes à risque est l'une des actions pour prévenir la grippe saisonnière. En France, on observe depuis deux ans une légère progression de la couverture vaccinale chez les personnes à risque. Santé publique France a estimé la couverture vaccinale globale à 42,9 %, soit +1,6 % par rapport à la saison 2018-2019. Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, l'augmentation est de 1,7 % (de 45,3 % à 47,0 %). Chez les personnes à risque âgées de moins de 65 ans, la progression est de 0,9 % (de 24,9 % à 25,8 %). Ces estimations vont être précisées après la fin de l'épidémie.

Source : Organisation mondiale de la santé, Santé publique France.

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-09-12

Archives des Vidal News