KANJINTI (trastuzumab) : nouveau biosimilaire d'HERCEPTIN 150 mg intraveineux

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1170 lecteurs


KANJINTI 150 mg et 420 mg poudre pour solution à diluer pour perfusion sont de nouvelles spécialités antinéoplasiques hospitalières à base de trastuzumab, indiquées dans la prise en charge de patients atteints de cancers du sein métastatiques ou précoces HER2 positifs et de cancer gastrique métastatique HER2 positif.

KANJINTI est un nouveau biosimilaire d'HERCEPTIN 150 mg poudre pour solution à diluer pour perfusion (trastuzumab) avec lequel l'équivalence pharmacocinétique et la similarité clinique ont été démontrées respectivement dans une étude d’équivalence pharmacocinétique en dose unique de phase I (n = 157 volontaires sains) et une étude d'équivalence d'efficacité de phase III contrôlée, randomisée, en double aveugle (n = 725).

S’appuyant sur ces données, la Commission de la transparence estime que le service médical rendu (SMR) apporté par KANJINTI est identique à celui d'HERCEPTIN dans l'ensemble de ses indications, à savoir important, sauf en monothérapie dans le cancer du sein métastatique HER2 positif (indication non justifiée dans la stratégie thérapeutique actuelle) (Cf. avis du 13 juin 2018).

En pratique, un test HER2 doit être obligatoirement effectué avant le début du traitement. La première administration doit être effectuée en milieu hospitalier.
Les patients traités par KANJINTI doivent bénéficier d’une surveillance, notamment lors de la perfusion intraveineuse en prévention de réactions anaphylactiques potentielles.

La prescription de KANJINTI est hospitalière et réservée aux spécialistes en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie.
KANJINTI est agréé aux collectivités, inscrit sur la liste de rétrocession et des spécialités prises en charge en sus des GHS avec prise en charge à 100 % dans les indications de l'AMM à l'exception de l'indication en monothérapie dans le cancer du sein métastatique HER2 positif.
KANJINTI est indiqué dans la prise en charge de patients atteints de cancers du sein métastatique ou précoce HER2 positifs et de cancer gastrique métastatique HER2 positif (illustration).

KANJINTI est indiqué dans la prise en charge de patients atteints de cancers du sein métastatique ou précoce HER2 positifs et de cancer gastrique métastatique HER2 positif (illustration).


Nouvelle spécialité antinéoplasique hospitalière à base de trastuzumab
KANJINTI poudre pour solution à diluer pour perfusion
est une nouvelle spécialité de trastuzumab, disponible sous 2 dosages : 150 mg et 420 mg.
KANJINTI est un médicament biosimilaire de HERCEPTIN 150 mg poudre pour solution à diluer pour perfusion.
Une autorisation de mise sur le marché européenne a été octroyée le 16 mai 2018 dans la prise en charge :
  • des cancers du sein précoces et métastatiques HER2 positifs (Cf. VIDAL Reco "Cancer du sein"),
  • du cancer gastrique métastatique (adénocarcinome métastatique de l'estomac ou jonction oesogastrique) HER2 positif.
L'indication complète est consultable dans la  monographie VIDAL de KANJINTI (Rubrique Indications).
Ces 3 indications sont identiques à celles du médicament biologique de référence HERCEPTIN. 

Comme HERCEPTIN 150 mg, KANJINTI doit être administré par voie intraveineuse.
A noter qu'HERCEPTIN est également disponible sous une autre présentation permettant une administration sous-cutanée : HERCEPTIN 600 mg/5 mL solution injectable SC.

Un dosage inédit en trastuzumab à 420 mg
KANJINTI est disponible au dosage à 420 mg de trastuzumab, qui n'existe pas avec la spécialité de référence. 
Après reconstitution, la concentration de la solution reconstituée est identique pour les deux présentations de KANJINTI, soit 21 mg/mL de trastuzumab
Cette présentation permet, pour certaines catégories de patients, de réduire le nombre de flacons nécessaires à une administration et d'assurer une meilleure adaptation de la dose.

Equivalence pharmacocinétique et similarité clinique avec HERCEPTIN
Dans son avis du 13 juin 2018, la Commission de la transparence a attribué à KANJINTI un service médical rendu (SMR) important, c'est-à-dire identique à celui d'HERCEPTIN. 
La position de la Commission s'appuie sur l'ensemble des données fournies par le laboratoire pour démontrer la similarité entre KANJINTI et HERCEPTIN : 
  • une étude de phase I (étude 20130119), conduite auprès de 157 volontaires sains, ayant démontré l'équivalence pharmacocinétique entre KANJINTI et HERCEPTIN en dose unique par voie intraveineuse,
  • une étude d'équivalence d'efficacité de phase III (étude 20120283) contrôlée, randomisée, en double aveugle, conduite chez 725 patientes adultes ayant un cancer du sein précoce HER2 positif de stade localement avancé, où le taux de réponse pathologique complète (pCR) à l'issue d'une période néo-adjuvante de 24 semaines (critère principal de jugement) a été de 48 % et 40,5 % respectivement dans le groupe KANJINTI et dans le groupe HERCEPTIN (différence absolue en termes de taux de pCR égale à 7,3 % incluse dans la marge d'équivalence prédéfinie [-13% ; +13%], que ce soit dans l'analyse en PP ou dans l'analyse en ITT).
Par ailleurs, la tolérance de KANJINTI, incluant l'immunogénicité, a été comparable à celle d'HERCEPTIN. 

Ces données ayant démontré la similarité entre KANJINTI et HERCEPTIN dans le cancer du sein précoce, la Commission estime que les conditions d'extrapolation sont réunies et que cette similarité peut être extrapolée aux autres indications de l'AMM de KANJINTI, communes avec HERCEPTIN (Cf. Encadré 1).
 
Encadré 1 - Biosimilaires : conditions d'extrapolation de la similarité à d'autres indications approuvées pour le médicament biologique de référence (Avis de Transparence du 13 juin 2018)
Un biosimilaire peut bénéficier d'une extrapolation à d'autres indications approuvées pour le médicament biologique de référence si cela est justifié par des preuves scientifiques montrant leur comparabilité (qualité, préclinique et clinique).
Plus précisément, parmi les conditions nécessaires :
  • la démonstration de la similarité clinique (en termes de tolérance, d'immunogénicité et d'efficacité) dans une indication considérée comme suffisamment sensible pour détecter une différence d'efficacité si elle existe entre le biosimilaire et le biomédicament de référence
  • le mode d'action doit être similaire dans les différentes indications
  • le rapport bénéfice/risque est similaire dans les différentes indications.

Au total, la Commission estime que le service médical rendu (SMR) apporté par KANJINTI est identique à celui d'HERCEPTIN dans ses différentes indications, à savoir important, sauf en monothérapie dans le cancer du sein métastatique HER2 positif (indication obsolète dans la stratégie thérapeutique actuelle).

La Commission rappelle "la nécessité d'ajouter le pertuzumab à l'association KANJINTI/taxane en première ligne de traitement du cancer du sein métastatique HER2+".

KANJINTI en pratique
Un test HER2 doit être obligatoirement effectué avant le début du traitement.
Le traitement par KANJINTI ne doit être initié que par un médecin expérimenté dans l'administration de chimiothérapie cytotoxique et ne doit être administré que par un professionnel de santé.
Afin d'éviter les erreurs médicamenteuses, il est important de vérifier les étiquettes du flacon pour s'assurer que le médicament préparé et administré est KANJINTI (trastuzumab) et non KADCYLA (trastuzumab emtansine).
 
  • Schémas thérapeutiques, doses de charge et d'entretien, durée du traitement
Dans le traitement du cancer du sein, deux schémas posologiques sont envisageables, avec 1 administration toutes les 3 semaines ou 1 administration hebdomadaire
Dans le traitement du cancer gastrique métastatique, seul le schéma d'administration toutes les 3 semaines est autorisé.

La posologie de KANJINTI diffère selon le schéma thérapeutique employé et l'indication (Cf. Tableau I).
 
Tableau I - Posologies de KANJINTI
Shémas thérapeutiques Posologies Cancer du sein
précoce
Cancer du sein métastatique Cancer gastrique métastatique
Administration toutes les 3 semaines Dose de charge initiale recommandée 8 mg/kg de poids corporel
Dose d'entretien recommandée 6 mg/kg de poids corporel administrés toutes les trois semaines, en débutant trois semaines après l'administration de la dose de charge.
Administration hebdomadaire Dose de charge initiale recommandée 4 mg/kg de poids corporel -
Dose d'entretien recommandée 2 mg/kg de poids corporel, en débutant une semaine après l'administration de la dose de charge
Durée du traitement 1 an
ou jusqu'à rechute de la maladie, si elle survient avant la fin de la durée de 1 an de traitement.

L'extension de la durée du traitement dans le cancer du sein précoce au-delà d'un an n'est pas recommandée
Jusqu'à progression de la maladie
 
La dose de charge doit être administrée en perfusion intraveineuse de 90 minutes.
Si la dose de charge initiale a été bien tolérée, les doses suivantes peuvent être administrées en perfusion de 30 minutes.

 
  • Reconstituer la solution à diluer 
KANJINTI est administré par voie intraveineuse.
Avant reconstitution, KANJINTI est à conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C).

La reconstitution de KANJINTI à partir du flacon de poudre est réalisée avec de l'eau pour préparations injectables stérile (eau ppi, non fournie).
Le volume de solvant est différent selon la présentation de KANJINTI :
  • 7,2 mL pour KANJINTI 150 mg, 
  • 20 mL pour KANJINTI 420 mg.
La concentration finale est identique pour les 2 solutions reconstituées, à savoir 21 mg/mL de trastuzumab
Toute reconstitution à l'aide d'autres solvants doit être évitée.
La formation excessive de mousse pendant la reconstitution ou le fait de secouer la solution reconstituée peut entraîner des difficultés pour prélever la quantité de KANJINTI du flacon.

 
  • Calculer le volume de solution nécessaire à prélever avant dilution pour perfusion
Le volume de solution nécessaire est calculé au moyen de la formule suivante :
Volume  (mL) =  [ Poids corporel (kg) x dose*  ] / [ 21 (mg/mL, concentration de la sol reconstituée) ] 

* la dose correspond soit à la dose de charge (8 mg ou 4 mg), soit à la dose d'entretien (6 mg ou 2 mg) selon schéma thérapeutique et l'indication (Cf. Tableau I ci-dessus).

Le volume approprié de solution doit être prélevé du flacon et introduit dans une poche à perfusion contenant 250 mL d'une solution de chlorure de sodium à 0,9 %. Il ne faut pas utiliser de solution contenant du glucose.
La poche doit être retournée doucement pour éviter la formation de mousse lors du mélange de la solution.

Une fois préparée, la perfusion doit être administrée immédiatement. Si la dilution a été effectuée dans des conditions d'asepsie dûment contrôlées et validées, la solution peut être conservée pendant 24 heures (à une température ne dépassant pas 30 °C).

KANJINTI est à usage unique seulement car ce médicament ne contient pas de conservateurs.
 
  • Surveiller les patients
La perfusion intraveineuse de KANJINTI doit être administrée par un professionnel de santé préparé à prendre en charge des réactions anaphylactiques ; un kit d'urgence doit être disponible.

Les patients doivent être surveillés pendant au moins 6 heures après le début de la première perfusion et pendant 2 heures après le début des perfusions suivantes pour des symptômes tels que fièvre, frissons ou autres symptômes liés à la perfusion.
L'interruption ou la diminution de la vitesse de la perfusion peuvent aider à contrôler ces symptômes.
La perfusion peut être reprise après disparition des symptômes.

Identité administrative
  • Liste I
  • Prescription hospitalière réservée aux spécialistes en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie
  • Surveillance particulière pendant le traitement
  • La première administration doit être effectuée en milieu hospitalier.
  • KANJINTI 150 mg, flacon unitaire de 20 mL, CIP 3400955054351
  • KANJINTI 420 mg, flacon unitaire de 50 mL, CIP 3400955054412
  • Agrément aux collectivités (Journal officiel du 14 août 2018, texte 5)
  • Inscription sur la liste de rétrocession et des spécialités prises en charge en sus des GHS avec prise en charge à 100 % dans les indications de l'AMM à l'exception de l'indication en monothérapie dans le cancer du sein métastatique HER2 positif (Journal officiel du 14 août 2018, texte 10, Journal officiel du 29 août 2018, texte 33)
  • Laboratoire AMGEN

Pour aller plus loin
Avis de la Commission de la transparence concernant KANJINTI (HAS, 13 juin 2018)
Liste de référence des groupes biologiques similaires (ANSM, mise à jour du 24 août 2018)

Sur VIDAL.fr
HERZUMA : premier biosimilaire du trastuzumab par voie intraveineuse (20 août 2018)

Sources : J.O. (Journal Officiel), EMA (European Medicines Agency), HAS (Haute Autorité de Santé), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2018-11-08

Archives des Vidal News