Surdité soudaine ou progressive chez l’adulte : le NICE publie des recommandations de prise en charge

Par Stéphane KORSIA-MEFFRE -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 5674 lecteurs


Les adultes souffrant de troubles de l’audition sont de plus en plus nombreux. Le médecin généraliste est en première ligne pour les dépister précocement, orienter les patients vers un spécialiste et s’assurer du suivi de leur surdité.
 
Afin d'optimiser cette prise en charge, le NICE (National Institute for Health and Care Excellence, Royaume-Uni) vient de publier des recommandations à destination des médecins généralistes sur le sujet de la surdité chez les personnes de plus de 18 ans.

Les experts du NICE indiquent la conduite à tenir en cas d’apparition soudaine d’un trouble de l’audition chez un adulte, en particulier les signes qui doivent amener à une consultation spécialisée en urgence : perte de l’audition en moins de 3 jours dans les 30 derniers jours, perte unilatérale avec symptômes évoquant des troubles du nerf trijumeau ou facial, patient immunodéprimé, symptômes évoquant un neurinome de l’acoustique, etc.

En cas de presbyacousie, le NICE recommande un appareillage précoce (dès qu’il est difficile de suivre une conversation dans un environnement bruyant) et bilatéral, avec un suivi rapproché de l’adaptation aux prothèses auditives.
 
De plus, les experts du NICE recommandent une évaluation systématique de l’audition tous les deux ans chez les adultes qui souffrent de troubles de l’apprentissage ou de troubles cognitifs.

 
Le NICE publie des recommandations sur la prise en charge de la surdité chez l'adulte (illustration).

Le NICE publie des recommandations sur la prise en charge de la surdité chez l'adulte (illustration).


La perte d'audition, de plus en plus fréquente
Les troubles de l'audition concernent un nombre de croissant de personnes, du fait du vieillissement de la population et de l'exposition croissante aux bruits ou à la musique à fort volume.

La Haute autorité de santé (HAS) estime désormais que 6,3 millions de Français souffrent de déficience auditive.

Selon l'Inserm, si 0,25 % des nouveau-nés souffrent de surdité, ce pourcentage passe à 6 % chez les 15-24 ans, 18 % chez les 35-44 ans et 65 % chez les plus de 65 ans.

Outre le vieillissement, les principales causes de surdité acquise chez l'adulte sont les traumatismes acoustiques et les accidents de plongée, les otites chroniques et certains médicaments.
 
Le dépistage des troubles auditifs, un enjeu majeur pour les personnes âgées
Chez les personnes âgées, les troubles auditifs sont liés au déclin cognitif (mais pas à l'apparition de la maladie d'Alzheimer) : altérations de la mémoire, diminution de la capacité d'attention, réduction de l'utilisation de certains éléments de langage, etc.

Ces troubles mènent à une diminution significative de la qualité de vie (aggravée par la présence fréquente d'acouphènes) et un isolement social progressif, avec un risque plus élevé de dépression.

Pourtant, selon la HAS, seulement 17 % des personnes âgées souffrant de déficit auditif sont appareillées.
 
Des recommandations pour favoriser la prise en charge précoce des troubles de l'audition
Dans un article publié dans le British Journal of Medicine, une équipe d'experts réunis par le NICE (National Institute for Health and Care Excellence, Royaume-Uni) publie une série de recommandations sur la prise en charge de la surdité soudaine chez l'adulte et pour favoriser la prise en charge précoce des troubles de l'audition chez les personnes âgées.

Ces recommandations sont essentiellement destinées aux médecins généralistes qui sont en première ligne pour repérer ces troubles et qui voient en moyenne chaque jour 4 patients souffrant d'une baisse significative de l'audition (au Royaume-Uni).
 
Bouchon de cérumen et otite externe, à éliminer systématiquement
Devant une perte soudaine ou rapide d'audition chez l'adulte, le premier réflexe doit être bien sûr d'identifier et de traiter une éventuelle accumulation de cérumen ou une otite externe. Il est également important de rechercher un éventuel polype ou une masse, une perforation du tympan ou des signes de saignement.

Concernant les bouchons de cérumen, les experts du NICE recommandent aux médecins généralistes de tenter de les éliminer eux-mêmes, à l'aide d'une sonde, par microsuccion ou par irrigation électronique, éventuellement après les avoir ramolli (avec une solution de bicarbonate de soude appliquée au moins 15 minutes avant).

L'élimination des bouchons de cérumen par projection d'une solution à l'aide d'une seringue est fortement déconseillée à cause des risques de traumatisme du tympan.
 
Les signes qui doivent amener à une consultation spécialisée en urgence
Les experts du NICE décrivent une liste de situations qui doivent amener à consulter un médecin spécialiste dans les 24 heures :
  • perte de l'audition en moins de 3 jours dans les 30 derniers jours ;
  • perte de l'audition unilatérale avec symptômes évoquant des troubles du nerf trijumeau ou du nerf facial ;
  • suspicion d'AVC ;
  • douleurs et écoulements auriculaires résistant à 72 heures de traitement chez un adulte immunodéprimé.

La présence d'une faiblesse des nerfs faciaux, d'une perte de sensation des zones innervés par le nerf trijumeau et d'acouphènes unilatéraux doivent faire suspecter un neurinome de l'acoustique (schwannome vestibulaire) et justifient la prescription d'une IRM.
 
Les signes qui doivent amener à une consultation spécialisée dans les deux semaines
De plus, certaines situations exigent également une consultation spécialisée, mais moins rapidement :
  • perte d'audition soudaine mais depuis plus de 30 jours ;
  • perte d'audition progressive dans les 4 à 90 jours précédant la consultation ;
  • épanchement de l'oreille moyenne chez un patient d'origine asiatique (population particulièrement exposée au carcinome nasopharyngé).

De plus, les experts du NICE recommandent une évaluation systématique de l'audition tous les deux ans chez les adultes qui souffrent de troubles de l'apprentissage ou de troubles cognitifs.
 
En cas de presbyacousie, un appareillage précoce et bilatéral
Chez les personnes dont la perte d'audition est liée à l'âge, les experts du NICE recommandent un appareillage précoce et bilatéral qui est à la fois plus efficace, mieux toléré et, au final, moins coûteux que les conséquences de la presbyacousie (voir notre article sur l'étude sur 25 ans de l'Inserm). 

Pour le NICE, un appareillage est nécessaire dès que la personne a du mal à suivre une conversation dans un milieu bruyant. Six à 12 semaines après la pose des prothèses auditives, une visite de contrôle doit impérativement être prévue avec l'audiologue.
 
Le médecin généraliste, en première ligne pour le dépistage et le suivi
Les experts du NICE insistent sur le rôle du médecin généraliste dans le dépistage précoce des troubles de l'audition au cours de consultations menées pour d'autres raisons, les patients âgés ne réalisant par forcément que leur audition a baissé.

Le médecin généraliste est également essentiel dans le suivi des personnes récemment appareillées pour s'assurer que les visites de suivi audiologique ont été effectuées et que la personne appareillée parvient à passer le cap des premières semaines d'adaptation à l'appareillage.
 
Les auteurs des recommandations du NICE insistent également sur l'attention que doivent porter les professionnels de santé à l'accueil des personnes mal entendantes, pendant la consultation mais également dans la salle d'attente, en particulier dans les établissements de soins. Un patient qui ne se lève pas à l'appel de son nom n'est pas forcément absent…
 
 
Pour aller plus loin
 
Les recommandations du NICE publiées dans le BMJ
Saoussen F et al. « Hearing loss in adults, assessment and management: summary of NICE guidance. » BMJ 2018;361:k2219
 
« Troubles de l'audition / Surdité », dossier Inserm, août 2017
 
Un article de la Revue médicale suisse sur le neurinome de l'acoustique
Dehdashti AR, Guyot JP et de Tribolet N « Schwannome vestibulaire : nouvelles attitudes diagnostiques et thérapeutiques » Rev Med Suisse 2000; volume -4. 20645
 
« Évaluation des appareils électroniques correcteurs de surdité », Rapport d'évaluation de la CEPP, Haute autorité de santé, avril 2008.


Sur VIDAL.fr

Troubles de l'audition et surrisques médicaux : résultats à 25 ans d'une étude de l'Inserm (février 2018)

Sources : BMJ

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2018-12-13

Archives des Vidal News