LITAK et LEUSTATINE (cladribine) : risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
3.0
(3 notes)
vu par 1634 lecteurs


Des cas de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP), d'évolution parfois fatale, ont été rapportés chez des patients traités par cladribine, une substance antinéoplasique et immunosuppressive indiquée (selon les spécialités) :
  • dans la leucémie à trileucocytes (LITAK et LEUSTATINE) ;
  • dans la leucémie lymphoïde chronique à cellules B (LEUSTATINE).

Certains diagnostics de LEMP ont été signalés entre 6 mois et plusieurs années après le traitement, en association, dans plusieurs cas, avec une lymphopénie prolongée.

Dans ce contexte, les patients doivent faire l'objet d'une surveillance particulière pour détecter des signes ou symptômes évocateurs de LEMP : neurologiques, cognitifs ou comportementaux de novo ou qui s'aggravent.


Leur survenue doit conduire à l'arrêt du traitement par cladribine.
Détection immunohistochimique de protéines virales du virus JC (de couleur brune) sur une biopsie cérébrale (illustration @Marvin 101 sur Wikimedia).

Détection immunohistochimique de protéines virales du virus JC (de couleur brune) sur une biopsie cérébrale (illustration @Marvin 101 sur Wikimedia).


Des cas de LEMP associés au traitement par la cladribine
Des données de pharmacovigilance ont mis en évidence un risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) associé au traitement par cladribine (LITAK et LEUSTATINE).

La LEMP est une maladie cérébrale démyélinisante rare et potentiellement fatale provoquée par la réactivation du virus JC (John Cunningham).

D'issue fatale pour certains, plusieurs cas ont été rapportés, parfois 6 mois à plusieurs années après le traitement par la cladribine.

Lymphopénie prolongée : un facteur de risque potentiel de LEMP
La cladribine est une substance antinéoplasique et immunosuppressive. Elle entre dans la composition de 2 spécialités commercialisées en France : 
  • LITAK 2 mg/mL solution injectable, disponible en ville et indiqué dans le traitement de la leucémie à tricholeucocytes (LT) ;
  • LEUSTATINE 1 mg/mL solution pour perfusion, spécialité hospitalière indiquée également dans le traitement de la LT, ainsi que dans la leucémie lymphoïde chronique (LLC) à cellules B.

La toxicité hématologique de la cladribine est connue et mentionnée dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de ces spécialités.
La cladribine peut induire une myélosuppression et une immunosuppression, ainsi qu'une lymphopénie durable.
Une association entre la cladribine et une lymphopénie prolongée a été rapportée dans plusieurs des cas signalés de LEMP.
A ce titre, la lymphopénie prolongée induite par la cladribine peut être considérée comme un facteur de risque potentiel de LEMP.

Arrêter le traitement si une LEMP est suspectée
Suite à ces nouvelles données de pharmacovigilance, les résumés des caractéristiques du produit (RCP) des médicaments contenant de la cladribine sont complétés et intègrent notamment de nouvelles précautions d'emploi
  • le diagnostic de LEMP doit être envisagé chez tout patient présentant des signes ou des symptômes neurologiques, cognitifs ou comportementaux de novo ou qui s'aggravent,
  • si une LEMP est suspectée, les patients ne doivent pas poursuivre le traitement par la cladribine.

Pour aller plus loin
Communiqué - Cladribine (Litak®, Leustatine® ) : Risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) (ANSM, 4 décembre 2017)

Lettre des laboratoires aux professionnels de santé - Oncologues, hématologues internistes, neurologues et pharmaciens hospitaliers (sur le site de l'ANSM, novembre 2017)

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2018-11-15

Archives des Vidal News