La France n'a pas encore gagné son combat contre la rougeole

Par Hengy CLAUDE -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 505 lecteurs


Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

Santé publique France a actualisé les données de surveillance de la rougeole le 25 septembre 2017.

En France métropolitaine, du 1er janvier au 31 juillet 2017, 405 cas de rougeole ont été déclarés (pic épidémique au mois de mai, avec 114 cas déclarés) :

  • 168 cas (41 %) ont dû être hospitalisés, dont deux avec le diagnostic d'encéphalite ;
  • 37 cas de pneumopathie grave ont été rapportés ;
  • un cas est décédé : il s'agissait d'une jeune femme âgée de 16 ans, sans antécédent médical, non vaccinée, décédée dans un tableau de détresse respiratoire aigu et de défaillance multiviscérale.

Plusieurs cas groupés en collectivité ont été observés dans des crèches (3 épisodes), des établissements scolaires (4 épisodes), une université, des communautés de gens du voyage (5 épisodes) ou de Roms (3 épisodes), des centres d'hébergement pour précaires ou migrants (2 épisodes) ainsi que dans des structures de soins ou des services d'urgences hospitalières (cas nosocomiaux rapportés dans 3 services).

Du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2016, soit en 9 ans, plus de 24 000 cas de rougeole ont été déclarés en France (dont près de 15 000 cas pour la seule année 2011). Près de 1 500 patients ont présenté une pneumopathie grave, 34 patients ont souffert d'une complication neurologique (31 encéphalites, 1 myélite, 2 syndromes de Guillain-Barré) et 10 personnes sont décédées.

Le nombre de cas a fortement diminué en 2012, puis est resté stable en 2013 et 2014 (respectivement 859, 259 et 267 cas déclarés). En 2015, le nombre de cas augmentait de nouveau (364 cas), en lien avec un important foyer épidémique en Alsace (230 cas). En 2016, 79 cas ont été déclarés, témoignant d'une circulation moindre du virus de la rougeole.

La recrudescence observée cette année montre donc que le combat contre la maladie n'est pas encore gagné et que la couverture vaccinale contre la rougeole doit être renforcée.

La rougeole, maladie très contagieuse, reste une cause importante de décès chez les jeunes enfants dans le monde, en dépit de la disponibilité d'un vaccin efficace. Elle est causée par le virus de la rougeole, qui appartient au genre Morbillivirus, de la famille des Paramyxovirus. Le virus est transmis par contact direct et par l'air, infectant les muqueuses puis se propageant à tout l'organisme. La rougeole est une maladie strictement humaine, sans réservoir animal.

Bien que généralement bénigne, la rougeole peut occasionner de graves complications, telles que des encéphalites et des pneumonies, et peut dans de rares cas être mortelle. Une protection proche de 100 % est obtenue après deux doses d'un vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole.

Le premier signe de l'infection par le virus de la rougeole est en général une forte fièvre, qui apparaît environ 10 à 12 jours après l'exposition et persiste 4 à 7 jours. Au cours de ce stade initial, le tableau peut comporter une rhinorrhée (nez qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants et de petits points blanchâtres sur la face interne des joues. L'éruption apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou. En trois jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle persiste 5 à 6 jours avant de disparaître. On l'observe en moyenne 14 jours après l'exposition au virus, dans un intervalle de 7 à 18 jours.

La plupart des décès sont dus aux complications de la maladie. Celles-ci sont plus fréquentes avant l'âge de 5 ans ou chez l'adulte de plus de 20 ans. Parmi les complications les plus graves, on observe des cécités, des encéphalites, des diarrhées importantes (susceptibles d'entraîner une déshydratation), des otites et des infections respiratoires graves comme la pneumonie.

La vaccination des voyageurs contribue à éviter la transmission ou la dissémination de la maladie dans d'autres pays.

Pour savoir si la vaccination contre la rougeole est recommandée dans sa situation et pour savoir si elle est bien protégée, toute personne peut créer pour elle-même ou ses enfants un carnet de vaccination électronique (CVE) sur le site MesVaccins.net. Le CVE intègre un système expert précis et exhaustif. Il est disponible sur ordinateur de bureau ou sur smartphone (interface mobile, applications iPhone et Android). Grâce à l'Union régionale des professionnels de santé médecins libéraux de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les professionnels de santé disposent également depuis peu d'une application mobile leur permettant d'accéder à un diagnostic vaccinal personnalisé et de valider les CVE des patients.

Source : Santé publique France.

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2017-11-16

Archives des Vidal News