ORFADIN (nitisinone) : nouvelles présentations en solution buvable et en gélule à 20 mg

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 2106 lecteurs


Deux nouvelles présentations de la spécialité hospitalière ORFADIN (nitisinone), indiquée dans le traitement de la tyrosinémie héréditaire de type 1, sont mises à disposition en France :
  • une présentation en gélule à 20 mg ;
  • une présentation en suspension buvable à 4 mg/mL.

Elles s'ajoutent aux présentations en gélules à 2 mg, 5 mg et 10 mg déjà commercialisées.

La suspension buvable d'ORFADIN est appropriée aux enfants ne pouvant pas utiliser la forme gélule. Elle est administrée avec une des 3 seringues pour administration orale fournies dans le conditionnement. Le choix de la seringue (1 mL, 3 mL ou 5 mL) dépend de la dose d'ORFADIN prescrite, en mL.

Ces nouvelles présentations sont agréées aux collectivités et inscrites sur la liste de rétrocession avec prise en charge à 100 %.
La tyrosinémie de type I est une maladie héréditaire liée au défaut de catabolisme de la tyrosine (illustration).

La tyrosinémie de type I est une maladie héréditaire liée au défaut de catabolisme de la tyrosine (illustration).


Nouvelles présentations d'ORFADIN dans la HT-1
La spécialité hospitalière ORFADIN (nitisinone) est désormais disponible :
  • en gélule à 20 mg de principe actif ;
  • en suspension buvable à 4 mg/mL de principe actif. 
Ces nouvelles présentations s'ajoutent aux gélules à 2 mg, 5 mg et 10 mg déjà commercialisées, qui disposent d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne dans le traitement de patients adultes et pédiatriques (quel que soit l'âge) avec diagnostic confirmé de tyrosinémie héréditaire de type 1 (HT-1) [Cf. Encadré 1], en association avec un régime alimentaire à faible teneur en tyrosine et en phénylalanine.
 
Encadré 1 - La tyrosinémie héréditaire de type 1 en bref (d'après Orphanet)
La tyrosinémie de type 1 est une maladie du métabolisme des acides aminés caractérisée par une atteinte hépatorénale.
La prévalence est estimée à 1 cas sur deux millions.

Dans la forme infantile précoce aiguë, l'affection débute entre 15 jours et 3 mois par un syndrome de nécrose hépatocellulaire avec vomissements, diarrhée, ictère, hypoglycémie, oedème, ascite et syndrome hémorragique. Une complication septicémique est fréquente. S'y associent une tubulopathie avec un rachitisme hypophosphatémique.
La maladie peut débuter plus tardivement par un rachitisme vitamino-résistant lié à la tubulopathie.

Non traitée, la maladie aiguë peut se compliquer de crises tyrosinémiques avec des accès de polynévrite porphyrique et une dystonie qui peuvent exceptionnellement être révélateurs. L'apparition d'hépatomes malins est fréquente.

La transmission est autosomique récessive et la maladie est due à un déficit en fumaryl acétoacétase (FAH, 15q23-q25), dans la voie de dégradation de la tyrosine, se traduisant par l'inhibition d'une enzyme clé de la synthèse des porphobilinogènes (la delta amino lévulinate D hydratase).

Le diagnostic est confirmé par la mise en évidence de l'acide delta aminolévulinique dans les urines (par dosages spécifiques), la chromatographie en phase gazeuse des urines montre la présence de la succinyl acétone caractéristique, le dosage enzymatique sur fibroblastes est également possible.

ORFADIN 20 mg gélule et ORFADIN 4 mg/ml suspension buvable ont obtenu leur AMM sur la base de deux études ayant démontré leur bioéquivalence avec les autres présentations en gélule (Cf. avis de la Commission de la transparence du 14 décembre 2016).

Dans son avis précédent (20 juin 2007), la Commission de la transparence avait considéré que le service médical rendu (SMR) d'ORFADIN 2 mg, 5 mg et 10 mg gélules était important et que ces spécialités apportaient, en association à un régime alimentaire à faible teneur en tyrosine et en phénylalanine, une amélioration du SMR importante (ASMR II) par rapport au seul régime alimentaire, dans le traitement de patients atteint de tyrosinémie héréditaire de type 1.

ORFADIN en pratique 

La dose quotidienne initiale recommandée d'ORFADIN chez l'adulte et l'enfant est de 1 mg/kg de poids corporel à administrer par voie orale, en 1 prise par jour.
Chez les patients dont le poids est inférieur à 20 kg, il est recommandé de 
fractionner la dose quotidienne totale en 2 administrations par jour.

Un ajustement de la dose peut être envisagé en fonction du taux urinaire de succinylacétone, sans dépasser la dose maximale journalière de 2 mg/kg.
 
  • ORFADIN gélule
ORFADIN gélule doit être conservé au réfrigérateur entre 2 °C et 8 °C.
Si nécessaire, la gélule peut être ouverte et son contenu dispersé dans une petite quantité d'eau ou d'aliments juste avant la prise.
Si le traitement est instauré avec de la nourriture, il est recommandé de le poursuivre dans les mêmes conditions

 
  • ORFADIN suspension buvable
La suspension buvable à 4 mg/ml peut être utilisée pour les patients pédiatriques ayant des difficultés à avaler les gélules.
Elle est aromatisée à la fraise.
Elle est administrée à l'aide d'une seringue pour administration orale, directement dans la bouche du patient, sans dilution.
Il est recommandé de prendre la suspension buvable au cours des repas.

Ce médicament peut avoir l'aspect d'un agglomérat solide avec un surnageant légèrement opalescent.
Une remise en suspension est donc nécessaire avant chaque utilisation, par une agitation vigoureuse (au moins 20 secondes lors de la première utilisation et 5 secondes les fois suivantes), jusqu'à dispersion complète de l'agglomérat solide.  

La dose doit être prélevée et administrée tout de suite après la remise en suspension.
 
  • Comment utiliser les seringues pour administration orale ?
Trois seringues pour administration orale sont fournies dans le conditionnement d'ORFADIN suspension buvable :
o   la seringue de 1 mL (graduée tous les 0,01 mL) à utiliser pour des doses allant de 1 mg (0,25 mL) à 4 mg (1 mL) ;
o   la seringue de 3 mL (graduée tous les 0,1 mL) à utiliser pour des doses allant de 4,5 mg (1,1 mL) à 12 mg (3 mL) ;
o   la seringue de 5 mL (graduée tous les 0,2 mL) à utiliser pour des doses allant de 13 mg (3,2 mL) à 20 mg (5 mL) (Cf. Tableau I).
 
Tableau I - Tableaux de conversion des doses d'ORFADIN correspondant aux trois tailles de seringue pour administration orale


Il est recommandé aux professionnels de santé de conseiller le patient ou le soignant sur l'utilisation des seringues pour administration orale pour garantir l'administration du volume correct et de s'assurer que la prescription est donnée en mL.

Lors de la première utilisation, l'adaptateur en plastique doit être enfoncé sur le goulot du flacon aussi loin que possible (Cf. Figure 1).

 
Figure 1 - Comment préparer un flacon neuf de médicament pour la 1re utilisation ?

Le prélèvement de la suspension est réalisé avec le flacon positionné tête en bas, la seringue enfoncée dans le trou de l'adaptateur (Cf. Figure 2).
Après chaque utilisation, la seringue doit être immédiatement nettoyée à l'eau, en séparant le corps et le piston.
Figure 2 - Comment préparer une dose d'ORFADIN ?

 
  • Comment conserver la suspension buvable ?
ORFADIN suspension buvable est à conserver au réfrigérateur entre 2 °C et 8 °C, en position verticale.

Après la première ouverture, la stabilité en cours d'utilisation est d'une seule période de 2 mois à une température ne dépassant pas 25 °C ; passé ce délai, le produit doit être jeté.

Il est donc important de noter la date de sortie du réfrigérateur sur l'étiquette du flacon lors de la première utilisation.

Identité administrative

Pour aller plus loin
Avis de la Commission de la transparence (HAS, 14 décembre 2016)

Avis de la Commission de la transparence (HAS, 20 juin 2007)
Résumé EPAR d'ORFADIN sur le site de l'EMA (mise à jour du 1er février 2017)

Sources : J.O. (Journal Officiel), EMA (European Medicines Agency)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2017-12-07

Archives des Vidal News