Epidémie de grippe : la DGS recommande d'utiliser précocement les antiviraux chez les sujets fragiles

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 8116 lecteurs


Dans le contexte actuel d'épidémie de grippe très active, la Direction générale de la Santé (DGS) recommande l'utilisation des traitements antiviraux (oséltamivir et zanamivir) de manière précoce, dans les 48 heures qui suivent le début des symptômes, chez les personnes fragiles (risque de complication, grippe grave d'emblée ou d'aggravation rapide, ou état grippal imposant une hospitalisation). 

La DGS recommande également le "
traitement préemptif par les antiviraux chez les personnes encore asymptomatiques mais [...] à risque très élevé de complications grippales et en contact étroit avec un cas confirmé ou cliniquement typique de grippe".

La DGS insiste sur la nécessité de rappeler aux patients les mesures barrières d'hygiène (lavage des mains, solutions hydro-alcooliques, réduction des contacts) pour limiter la transmission de la maladie.

Selon les dernières données du Réseau Sentinelles (Bulletin du 18/01/2017), le pic épidémique est proche mais la semaine de sa survenue ne peut pas être prédite avec précision.
La DGS recommande l'utilisation précoce des traitements antiviraux contre la grippe chez les personnes fragiles symptomatiques (illustration).

La DGS recommande l'utilisation précoce des traitements antiviraux contre la grippe chez les personnes fragiles symptomatiques (illustration).


Utiliser précocement les antiviraux chez les sujets fragiles
Tandis que l'épidémie de grippe reste très active et concerne surtout les personnes âgées de 65 ans ou plusla Direction générale de la Santé (DGS) recommande, dans un message d'alerte en date du 16 janvier, d'utiliser les médicaments antiviraux indiqués contre la grippe (CfVIDAL Reco "Grippe saisonnière") : 
  • de manière précoce, dans les 48 heures qui suivent la survenue des symptômes (Cfavis du HCSP du 12 novembre 2015). Pour le zanamivir, ce délai est de 36 heures chez l'enfant ;
  • chez les personnes fragiles symptomatiques (Cf. Encadré 1) afin de réduire les symptômes et/ou leur gravité.

Encadré 1 - Personnes fragiles symptomatiques relevant d'un traitement antiviral
contre la grippe
  • personnes à risque de complications : femmes enceintes, personnes obèses, jeunes enfants y compris les nouveau-nés à terme, malades âgés de 6 mois et plus ciblés par la vaccination ;
  • personnes présentant une grippe grave d'emblée ou d'aggravation rapide ; 
  • personnes dont l'état justifie une hospitalisation pour grippe

Les médicaments antiviraux contre la grippe, l'oséltamivir (TAMIFLU) et le zanamivir (RELENZA), sont des inhibiteurs de la neuraminidase qui agissent sur les virus influenza A et, à moindre degré, B
Ces traitements visent à réduire la durée de la maladie, à atténuer les symptômes et ainsi limiter les risques de complication

En traitement curatif, les posologies sont les suivantes : 
  • oséltamivir (adultes et enfants, y compris les nouveau-nés à terme) : 75 mg 2 fois par jour pendant 5 jours chez l'adulte et l'enfant de plus de 40 kg. La posologie chez l'enfant est calculée à partir du poids (CfMonographies VIDAL TAMIFLU - Rubrique Posologie et Mode d'administration) ;
  • zanamivir (adultes et enfants à partir de 5 ans) : 20 mg par jour pendant 5 jour  (Cf. Monographie VIDAL de RELENZA - Rubrique Posologie et Mode d'administration). 

Utiliser les antiviraux en traitement préemptif post-exposition
La DGS recommande également le "traitement préemptif par les antiviraux chez les personnes encore asymptomatiques mais [...] à risque très élevé de complications grippales et en contact étroit avec un cas confirmé ou cliniquement typique de grippe".

Le traitement préemptif est un traitement à doses curatives.

Il doit débuter dès que possible et :
  • dans les 2 jours suivant le contact avec un sujet infecté pour l'oséltamivir,
  • dans les 36 heures suivant le contact avec un sujet infecté pour le zanamivir.

Rappeler aux patients les mesures barrières d'hygiène
La DGS recommande par ailleurs aux professionnels de santé de rappeler à leurs patients l'importance du respect des mesures barrières d'hygiène afin de limiter la transmission de la maladie (Cf. Tableau I).
 
Tableau I - Gestes et mesures barrières contre la grippe (INPS octobre 2015)


Les dernières données épidémiologiques du réseau Sentinelles
Selon la situation observée la semaine dernière
(du 09 au 15/01/2017) par le réseau Sentinelles (
Bulletin national du 18 janvier 2017), la grippe conserve un niveau d'activité fort avec un taux d'incidence en augmentation, ayant atteint 409 cas pour 100 000 habitant (seuil épidémique : 179) en consultation de médecine générale, soit 266 000 nouveaux cas.

Au niveau régional, la quasi totalité des régions présente un taux d'incidence supérieur au seuil épidémique national, les taux d'incidence les plus élevés ayant été observés en :
  • Provence - Alpes - Côte d'Azur : 733 cas pour 100 000 habitants (IC95% : [575 ; 891] ;
  • Corse : 563 (IC95% : [411 ; 715] ;
  • Occitanie : 506 (IC95 % : [414 . 598].

Sur le plan virologique, la majorité des virus grippaux détectés sur les prélèvements testés est de sous-type A(H3N2) : 1787 prélèvements testés, 830 positifs pour au moins un virus grippal, 783 de sous-type A (H3N2), soit 94,3 %.

En termes de prévisions, selon les modèles reposant sur les données historiques et sur les délivrances de médicaments, le Réseau Sentinelles indique que "le pic de l'épidémie est proche mais les discordances entre les deux modèles ne permettent pas de prédire la semaine de sa survenue avec précision".

Pour aller plus loin
DGS-URGENT - Recommandations concernant l'épidémie de grippe (16 janvier 2017)

Bulletin épidémiologique grippe, semaine 2 (Rédeau Sentinelles, 18 janvier 2017)

Sur VIDAL.fr

Début de l'épidémie de grippe : le virus A(H3N2) s'avère très largement majoritaire (22 décembre 2016)
Vaccinations : une concertation citoyenne riche en propositions… et en paradoxes ! (8 Décembre 2016)
Prévention de la grippe : il n'existe pas de "vaccin homéopathique", rappelle l'ANSM (30 Novembre 2016)

Sources : HCSP (Haut Conseil de la Santé Publique), DGS

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2020-01-16

Archives des Vidal News