Un nouveau vaccin préviendrait le zona et ses complications dans 90 % des cas

Par Hengy CLAUDE -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 180 lecteurs


Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

1. Rappels sur le zona

Le zona est une maladie due à la réactivation du virus de la varicelle (virus varicelle-zona ou VZV), resté latent, "caché" dans les ganglions nerveux, après la guérison d'une varicelle. Bien qu'il puisse se manifester à tout âge, il atteint surtout les personnes âgées, en raison de la baisse de leurs défenses immunitaires (immunosénescence). Le zona se caractérise généralement par une éruption cutanée maculopapuleuse ressemblant à celle de la varicelle, mais limitée à un territoire nerveux (souvent intercostal) et plus douloureuse que prurigineuse (le prurit étant une démangeaison donnant envie de se gratter). Sur le plan clinique, près de 20 % des adultes ayant développé un zona vont présenter par la suite des douleurs (appelées douleurs neuropathiques résiduelles post-zostériennes) La gravité du zona peut aussi être liée à sa localisation. Ainsi, le zona ophtalmique est responsable de complications oculaires précoces ou tardives dans 50 à 70 % des cas. Les formes les plus graves peuvent conduite à la perte de l'oeil. La mise en route rapide d'un traitement anti-viral par aciclovir diminue mais n'élimine pas le risque de survenue de complications graves.

2. Recommandations vaccinales actuelles contre le zona

Le seul vaccin contre le zona actuellement disponible est le Zostavax. Il s'agit d'un vaccin vivant atténué utilisant la même souche que celle utilisée dans le vaccin contre la varicelle Varivax, mais dont le dosage est plus de dix fois supérieur. Ce vaccin vivant atténué est contre-indiqué chez les personnes immunodéprimées, l'immunodépression uniquement liée à l'âge n'étant pas une contre-indication. La forte incidence du zona chez les personnes âgées et la fréquence des complications, principalement les douleurs post-zostériennes, ont conduit les autorités sanitaires françaises à recommander ce vaccin pour les adultes âgés de 65 à 74 ans révolus. Malgré une efficacité moindre, il est également possible, durant un an, c'est-à-dire jusqu'à la publication du calendrier des vaccinations 2017, de proposer une vaccination aux personnes âgées de 75 à 79 ans révolus. L'efficacité de ce vaccin est globalement de 51 % sur l'infection et de 67 % sur les douleurs post-zostériennes. Elle décline avec le temps.

3. Efficacité et sécurité d'un nouveau vaccin inactivé contre le zona

Dans l'espoir d'améliorer l'efficacité vaccinale, une équipe américaine a mené en 2015 et dans 18 pays deux études d'efficacité pour évaluer l'intérêt d'un nouveau vaccin (HZ/su) contenant la glycoprotéine E recombinante du virus varicelle-zona et de l'adjuvant AS01. Ce vaccin inactivé ou inerte (c'est-à-dire ne contenant pas un virus vivant atténué comme le vaccin actuellement disponible en France) est développé par le laboratoire GlaxoSmithKline.

Ces études ont comparé la fréquence du zona et des douleurs post-zostériennes dans un groupe de personnes vaccinées par rapport à un groupe contrôle de personnes non vaccinées, qui avaient reçu un placebo. La première étude a été conduite chez des personnes âgées de plus de 50 ans et la seconde chez des personnes âgées de plus de 70 ans. Les personnes ont reçu deux doses de vaccin ou de placebo en intra-musculaire à deux mois d'intervalle.

Les résultats montrent une efficacité vaccinale de 90 %, à la fois contre l'apparition du zona et contre les douleurs post-zostériennes. Ils sont comparables dans toutes les tranches d'âge 50 à 59 ans, 60 à 69 ans, 70 à 79 ans et 80 ans et plus. Il n'est donc pas observé d'infléchissement de l'efficacité du vaccin avec l'âge.

Des réactions transitoires sans gravité générales (fatigue, céphalées, fièvre) ou au site d'injection (douleur, gonflement, rougeur) ont été observées de façon plus importante chez les personnes ayant reçu le vaccin (79 % versus 30 % dans le groupe contrôle). Pour la plupart, elles n'ont pas empêché l'administration d'une seconde injection. La fréquence des événements indésirables graves et des décès a été la même dans les groupes vaccinés et les groupes contrôles non vaccinés. 

Les deux études ont été menées sur 3,7 années. Aucune donnée ne permet de conclure à une meilleure efficacité du vaccin durant la première année et à un déclin ultérieur. Un suivi plus long est nécessaire pour préciser l'évolution de l'efficacité au fil du temps.

L'efficacité comparée d'une seule dose ou de deux doses n'est pas connue. Les personnes ayant des antécédents de zona ou ayant déjà été vaccinées ont été exclues des études. Ce nouveau vaccin serait, à l'heure actuelle, particulièrement intéressant pour les personnes immunodéprimées et à haut risque d'infection grave par le virus varicelle-zona, le vaccin vivant atténué étant contre-indiqué chez ces personnes.

Références

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2017-04-20