Médicaments génériques : nouvelle campagne nationale pour lever les doutes et méconnaissances

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
4.8
(4 notes)
vu par 3927 lecteurs


Une grande campagne d'information pour promouvoir l'image du médicament générique en France a été lancée le 27 septembre 2016, avec pour slogan "Devenir générique ça se mérite".

Cette démarche s'inscrit dans le plan national d'action et de promotion des médicaments génériques initié en 2015 (voir notre article).

Co-orchestrée par le ministère de la Santé, l'Assurance maladie et l'ANSM, l'objectif est d'améliorer les connaissances sur le médicament générique et surtout de lutter contre des idées reçues, notamment en matière de sécurité et d'efficacité de ces médicaments. Des lacunes ont notamment été mises en évidence par une enquête BVA pour la CNAM, montrant des doutes et méconnaissances d'environ un quart des Français et des médecins. 

Cette campagne doit durer 3 ans. Elle débute par la diffusion d'un spot télévisé. Elle propose également un espace pédagogique pour répondre aux nombreuses interrogations, en terme de fabrication ou d'utilisation thérapeutique. 
Signature de la campagne pour valoriser les conditions pour la mise sur le marché des médicaments génériques.

Signature de la campagne pour valoriser les conditions pour la mise sur le marché des médicaments génériques.


"Devenir générique, ça se mérite"
Le 27 septembre, Marisol Touraine a lancé une campagne nationale de promotion du médicament générique. Portée par le slogan "Devenir générique ça se mérite",

Cette campagne, pour laquelle le ministère de la Santé s'est associé à l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) et l'Assurance maladie, s'inscrit dans un dispositif plus large initié en 2015, le plan national d'action de promotion des médicaments génériques


Enquête BVA pour l'Assurance Maladie : une utilisation et une satisfaction de la plupart des Français...
 Selon une enquête de BVA réalisée en février 2016 pour la Cnamts auprès de 1 005 Français, puis 500 médecins et 5500 pharmaciens, présentée dans le dossier de presse du ministère : 
- "Près de 8 Français sur 10 (78 %) utilisent des médicaments génériques lorsqu'ils sont malades. Parmi les plus convaincus : les malades chroniques (81 %) et la tranche d'âge des 35-50 ans (85 %).
- Chez les professionnels de santé : 82 % des médecins généralistes et 97 % des pharmaciens déclarent en prendre lorsqu'ils sont malades. 

- Lorsqu'ils en utilisent, 93 % des Français se disent satisfaits des médicaments génériques, un pourcentage similaire chez les médecins. Une satisfaction encore plus largement partagée chez les pharmaciens (99 %)
- 74 % des Français se déclarent prêts à « avoir davantage de médicaments génériques sur l'ordonnance que leur remet leur médecin »". 


... mais environ un quart du grand public et des médecins doutent encore, à l'inverse des pharmaciens, ce qui nourrit une défiance envers les génériques
Toujours selon la même enquête relayée par le ministère, des doutes subsistent pour 25 à 30 % des médecins et du grand public sur : 
- la tolérance générale de ces médicaments : « Ils sont bien tolérés » : 75 % des patients, 70 % des médecins généralistes et 96 % des pharmaciens
- leur tolérance par rapport au princeps : « Ils ne provoquent pas plus d'effets secondaires que les médicaments d'origine » : 75 % des patients, 73 % des médecins et 92 % des pharmaciens.

- "L'efficacité des médicaments génériques, qui est tout à fait reconnue par la grande majorité des Français (77 %), en phase avec les professionnels de santé (76 % des médecins généralistes, 96 % des pharmaciens)" ;
- leur biodisponibilité comparable à celle du princeps : "75 % des Français, 81 % des médecins généralistes et 93 % des pharmaciens savent que la biodisponibilité du médicament générique est identique au médicament d'origine". 


Ces doutes sur l'équivalence en termes d'efficacité et de tolérance se traduisent par une confiance encore mitigée, même si elle est en hausse par rapport à 2012 : 
- La note moyenne de confiance accordée par le grand public aux médicaments génériques est de 6,8/10.
- Côté médecins, ce niveau de confiance est en deçà : 6,6/10.
- Le niveau de confiance est plus élevé chez les pharmaciens (8,7/10).


D'autres faits peu connus sur les génériques
L'étude BVA montre également qu'une partie du grand public et des médecins connaissent mal les règles du génériquage : 
- la nécessité d'une AMM, comme pour les princeps : "73 %, 85 % et 93 % d'entre eux sont conscients que ces médicaments sont soumis aux mêmes règles d'autorisation de mise sur le marché (AMM) que l'ensemble des médicaments" ; 
- le délai avant le génériquage : "
75 % du grand public, 72 % des médecins généralistes et 93 % des pharmaciens affirment savoir que la molécule du médicament a été utilisée au minimum 10 ans sous un nom de marque avant d'être génériquée".

Cette étude montre aussi que le fait que des médicaments anticancéreux sont génériqués est mal connu, ainsi que d'autres (voir l'ensemble des résultats, en sus de ceux présentés ci-dessus, en cliquant ici). 

Lever les doutes et accentuer la prescription et l'utilisation des génériques
La campagne enclenchée le 27 septembre 2016 vise donc à lever ces idées reçues, doutes et méconnaissances relevées dans cette enquête BVA;


Cette campagne de promotion vise également un objectif économique pour faire progresser encore la pénétration du générique. Dans le plan initié en 2015, l'objectif à trois ans est d'augmenter, en volume, la prescription de 5 points dans le répertoire, ce qui représente une économie de 350 millions d'euros

Une pré-campagne a été lancée en juin 2016 pour les professionnels de santé
En amont de la campagne qui vient d'être lancée, les professionnels de santé ont bénéficié d'une pré-campagne débutée en juin 2016. Une sorte de première étape pour préparer les professionnels de santé et leur donner les moyens d'approfondir leurs connaissances et de répondre à leurs patients.

 Différents outils ont été élaborés et présentés sous forme de fiches pratiques d'information, pour faire le point sur la bioéquivalence des génériques, la sécurité et l'efficacité de ces médicaments. Ils sont tous accessibles et téléchargeables sur cette page du ministère de la santé. 

Une sensibilisation vidéo et radio sur la qualité des médicaments génériques
La campagne nationale qui vient d'être lancée pour une durée de 3 ans s'articule autour d'un ensemble de supports pédagogiques ou purement promotionnels, comme ce spot vidéo qui sera diffusé pendant 3 semaines (du 27 septembre au 18 octobre) sur les chaînes nationales :

 

Il sera relayé par la diffusion de spots radio pendant trois semaines à partir du 22 octobre.

Un relai et un approfondissement de cette sensibilisation
sur internet, à destination des professionnels et du grand public 
Un espace d'information et d'échanges au service des professionnels de santé et du grand public est ouvert du 27 septembre au 25 novembre, pour permettre aux internautes de poser toutes leurs questions sur les médicaments génériques à des experts.

Sur les réseaux sociaux et sur le site du ministère de la santé, la campagne se prolonge par une mise en ligne de 5 vidéos pédagogiques sur les médicaments génériques :
 
 













D'autres vidéos plus courtes sont également mises en ligne, regroupées en bas de cette page du site du ministère de la santé

Enfin, 10 annonces illustrées, déclinées autour des cinq thématiques de la campagne (l'antériorité, l'efficacité-sécurité, la qualité, les enjeux économiques et sociétaux, la pratique au quotidien), seront affichées dans les pharmacies et les centres commerciaux, et publiées dans la presse du 2 octobre au 27 novembre.


Pour aller plus loin
Communiqué de presse - Médicaments génériques : Marisol Touraine lance une grande campagne d'information pour changer le regard des Français (Ministère de la Santé, 27 septembre 2016)

Les outils pour relayer la campagne (spot vidéo, affiches…) (Ministère de la Santé, 27 septembre 2016)
Campagne Médicaments génériques, dossier de presse (Ministère de la Santé, 27 septembre 2016)

Sur VIDAL.fr : 
Présentation du Plan national d'action de promotion des médicaments génériques (mars 2015)
Enquête exclusive : la prescription en DCI vue par 1 600 médecins et 400 pharmaciens d'officine (mars 2015)
Les changements de couleur ou de forme des médicaments augmentent les risques d'interruption du traitement(octobre 2014)

 

Sources : Ministère des Solidarités et de la Santé

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News