KINUREA-H solution injectable : déremboursement à compter du 24 juin 2016

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
3.7
(3 notes)
vu par 3005 lecteurs


La solution sclérosante pour injection locale KINUREA-H (quinine-urée dichlorhydrate) ne sera plus remboursable à compter du 24 juin 2016

Ce déremboursement a été demandé par le laboratoire Neitum pour raison économique, malgré un avis favorable de 
la Commission de la transparence pour le maintien de la prise en charge de cette spécialité au taux de 30 %.

KINUREA-H est la seule spécialité à disposer d'une autorisation de mise sur le marché dans la sclérose des hémorroïdes aux côtés des autres traitements instrumentaux que sont la photo-coagulation infrarouge et la ligature élastique.
Représentation schématique en 3D d'hémorroïdes (illustration).

Représentation schématique en 3D d'hémorroïdes (illustration).


KINUREA-H déremboursé mais toujours commercialisé
La spécialité KINUREA-H solution injectable (quinine-urée dichlorhydrate) est radiée de la liste des spécialités remboursables.

Cette décision entrera en vigueur le 24 juin 2016, date à partir de laquelle : 
  • KINUREA-H solution injectable ne sera plus remboursable par l'Assurance maladie ;
  • le stock détenu ne pourra plus être pris en charge.
Contacté par VIDAL, le laboratoire précise que KINUREA-H reste néanmoins commercialisé.

Seul médicament à disposer d'une AMM dans la slérose des hémorroïdes
La quinine-urée est un sclérosant pour injection locale.
KINUREA-H est indiqué dans les situations suivantes : 
Ce médicament est le seul à disposer d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans la sclérose des hémorroïdes, aux côtés des autres traitements instrumentaux que sont la photo-coagulation infrarouge et la ligature élastique.

Ces traitements instrumentaux s'adressent uniquement aux hémorroïdes internes, en cas de rectorragies ou de prolapsus. Ils doivent être systématiquement proposés avant la chirurgie pour le traitement des hémorroïdes hémorragiques non prolabées, en l'absence de contre-indication.
Ils exposent tous à des complications, notamment hémorragiques ou infectieuses.

Les injections sclérosantes sont en pratique de moins en moins utilisées.
Selon les données IMS de 2012 (cumul mobile annuel automne 2012), KINUREA-H faisait l'objet de 10 000 prescriptions.

Une décision prise à la demande du laboratoire Neitum
Le déremboursement de KINUREA-H a été demandé par le laboratoire Neitum, faute d'accord sur le prix avec le Comité économique des produits de santé (CEPS) et malgré un avis favorable au maintien remboursement par la Commission de la transparence lors de sa dernière réévaluation (Cf. avis du 20 mars 2013).

La Commission avait alors confirmé son avis de 2007, lors du précédent renouvellement d'inscription, où  elle avait attribué à KINUREA-H :
  • un service médical rendu (SMR) modéré dans le traitement symptomatique de la sclérose des hémorroïdes (rapport efficacité/effets indésirables moyen), situant ce médicament comme un traitement de deuxième intention après échec du traitement médical dans la stratégie thérapeutique des hémorroïdes ;
  • un service médical rendu (SMR) insuffisant dans le traitement des fissures anales, avec un rapport efficacité/effets indésirables faible en raison du risque d'abcès, de fistule et de récidives ultérieures. 
Le prix public TTC de KINUREA-H est actuellement fixé à 9,62 euros (boîte de 6 ampoules), avec un taux de remboursement à 30 %.

Pour aller plus loin
Arrêté du 19 mai 2016 portant radiation de spécialités pharmaceutiques de la liste des spécialités remboursables (Journal officiel, 24 mai 2016)
Avis de la Commission de la transparence (HAS, 20 mars 2013)
Avis de la Commission de la transparence (HAS, 10 octobre 2007)

Sources : J.O. (Journal Officiel), HAS (Haute Autorité de Santé)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-09-12

Archives des Vidal News