Désinsectisation des aéronefs : Actualisation de la liste des pays avec des risques de paludisme et d’arboviroses.

1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 488 lecteurs


Médecine des voyages

Médecine des voyages

Alors que l'épidémie liée au virus Zika continue de progresser dans les Pays d'Amérique latine et de la Caraïbe (premiers cas autochtones de transmission du virus Zika rapporté à Cuba et en Dominique en mars 2016), le Haut Conseil de la santé publique vient de mettre à jour la liste des zones en provenance desquelles les aéronefs doivent être maintenus exempts de vecteurs en application du règlement sanitaire international.

L'intérêt des mesures de désinsectisation et de tout autre moyen de lutte contre les maladies vectorielles, comme le paludisme ou les arboviroses (fièvre jaune, dengue, chikungunya, maladies à virus Zika) est d'éviter la propagation de ces vecteurs (les moustiques) et de se protéger contre ces maladies. Ces mesures sont mises en place suivant les recommandations du Règlement Sanitaire International.

L'avis du Haut Conseil de la santé publique actualise les recommandations précédemment émises  dans l'avis du 29 octobre 2010.

Les points essentiels de cette mise à jour sont les suivants :

La définition des niveaux de risque d'exposition :

  • Risque hypothétique : des cas autochtones n'ont pas été recensés même si les vecteurs peuvent être véhiculés dans des aéronefs.
  • Risque de cas autochtones limités : l'introduction de vecteurs infectés pourrait provoquer quelques cas autochtones sans risque d'implantation durable de la maladie.
  • Risque d'introduction : la maladie n'a pas été observée dans la zone géographique mais des cas autochtones pourraient survenir en liaison avec introduction de vecteurs infectés, sans pouvoir présumer de l'évolution ultérieure.
  • Risque d'implantation : la maladie n'a pas été observée dans la zone géographique mais pourrait s'implanter durablement en cas d'introduction de vecteurs infectés.
  • Risque d'amplification et d'extension : la maladie existe (ou a été observée récemment) dans la zone géographique et il existe un risque d'apparition d'un nombre plus important des cas [amplification] et une extension à certaines régions non (ou peu) touchées [extension] en cas d'introduction de vecteurs infectés.
  • Risque de diffusion des maladies à transmission vectorielle en provenance ou à destination des territoires français dont les départements ultramarins (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint Pierre et Miquelon, La Réunion, Mayotte) et Wallis et Futuna.

L'existence de ces maladies pour chaque région ou pays.

Actualisation de la liste des pays en fonction de l'épidémiologie des maladies à transmission vectorielle.

La désinsectisation des aéronefs est pertinente pour les avions en provenance de régions où sévissent les maladies suivantes : chikungunya, dengue, fièvre jaune, fièvre du Nil occidental, infection à Zika, filarioses lymphatiques, paludisme.

Les maladies pour lesquelles le risque de transmission de vecteurs apparaît hypothétique ont été supprimées. il s'agit des encéphalites à tiques, l'encéphalite japonaise, la fièvre Crimée-Congo, la fièvre du Nil occidental (sauf pour Saint-Pierre-et-Miquelon), les fièvres à phlébotomes, la leishmaniose, la loase, la maladie de Lyme, l'onchocercose, la peste bubonique, les rickettsioses, la trypanosomose africaine, la trypanosomose américaine.

Par rapport à la liste de ces pays indiqués dans l'arrêté du 6 mai 2013, les modifications suivantes ont été apportées :

  • ont été ajoutés en 2016, les pays dans lesquels sévit actuellement l'épidémie à virus Zika. La situation épidémiologique de la transmission autochtone du virus Zika au cours des deux derniers mois est consultable par ce lien mis à jour quotidiennement.
  • ont été supprimés en 2016, de la liste établie précédemment, les pays suivants : Algérie, Arménie, Azerbaïdjan, Hong Kong, Oman, Turkménistan du fait de l'absence de cas ou de risque hypothétique de paludisme ou de maladies vectorielles.
  • des modifications ont été apportées pour l'Argentine et la Chine : la désinfection des aéronefs est à mettre en œuvre pour ceux provenant de la région du Nord de Buenos Aires (Argentine) et ceux provenant de la région sud de Chine (en dessous du 35° parallèle nord).

Les méthodes de désinsectisation des aéronefs ne sont pas abordées dans le présent avis. Celles qui sont recommandées au choix sont les suivantes :

  • Méthode des « cales enlevées » : la désinsectisation se fait avant le décollage avec un insecticide à action rapide (non rémanent) après avoir informé les passagers, les portes de l'avion fermées et la climatisation arrêtée.
  • Méthode « pulvérisation avant le vol et en début de descente » : la désinsectisation à l'aide d'un insecticide rémanent se fait avant l'embarquement des passagers, avec l'ouverture des compartiments à bagages, des toilettes, des vestiaires. Une seconde pulvérisation au moment de la descente de l'avion est réalisée dans la cabine avec un produit à action rapide.
  • Traitement rémanent : pulvérisation à intervalles réguliers, un produit rémanent sur les parois internes de l'avion, à l'exception de celles qui servent à la préparation des repas.

Source : Haut Conseil de santé publique

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-07-25

Archives des Vidal News