Cas d’encéphalite équine du Venezuela chez un cheval au Pérou

1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)


Médecine des voyages

Médecine des voyages

Au Pérou, le 21 mars 2016, les autorités sanitaires ont notifié à l'Organisation mondiale de la santé animale la survenue le 5 février 2016 d'un cas d'encéphalite (ou encéphalomyélite) équine du Venezuela chez un cheval de trait dans la ville de Codo del Pozuzo, province de Puerto Inca, dans le département de Huanuco. Le diagnostic a été confirmé par l'Institut national de santé (Laboratoire national).

Le virus de l'encéphalite équine vénézuélienne est due à un arbovirus, un Alphavirus de la famille des Togaviridae. Le virus est présent du nord de l'Argentine à la Floride et dans certaines régions des Rocheuses, mais la prévalence culmine dans le nord de l'Amérique du Sud

Le cheval et l'homme sont les hôtes les plus fréquents. Le virus est transmis par piqûre d'un moustique infecté ou par des aérosols. L'instillation nasale et le contact avec la peau lésée ou la litière d'animaux contaminés constituent d'autres voies de transmission du virus.

Après une période d'incubation de 2 à 6 jours, le virus entraîne habituellement des symptômes d'allure grippale d'intensité légère (maux de tête, myalgie, fatigue, vomissements, nausées, diarrhée, pharyngite et fièvre) à grave, mais 4 à 14 % des cas présentent des complications neurologiques. Les symptômes d'encéphalite, qui ne surviennent que dans une minorité de cas, se manifestent de 4 à 10 jours après l'exposition et comprennent la somnolence, les convulsions, la confusion, la photophobie et le coma.

Source : Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2020-07-02

Archives des Vidal News