Enquête sur le foyer de méningites du 23ème Jamborée Scout : le responsable est un méningocoque du sérogroupe W

1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 169 lecteurs


Médecine des voyages

Médecine des voyages

Deux pays de l'Union Européenne, le Royaume-Uni et la Suède, ont notifié huit cas confirmés d'infection invasive à méningocoque (méningite ou septicémie causée par la bactérie Neisseria meningitidis), chez des scouts récemment rentrés du 23ème rassemblement mondial des scouts (Jamboree Scout Mondial), à Yamaguchi, au Japon (nouvelle du 21 août 2015).

Le Jamboree a été suivi par plus de 33 000 scouts de 162 pays. À la lumière des risques liés à la méningite à méningocoque au cours de ce rassemblement de masse, l'European Centre for Disease Prévention and Control  a publié une évaluation rapide des risques.

À ce jour, seuls la Suède et le Royaume-Uni ont reçu des signalements pour l'Europe (quatre cas pour chacun de ces pays), alors que 11 pays (Autriche, République tchèque, Danemark, Estonie, Malte, Norvège, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Espagne ) ont indiqué qu'ils n'avaient reçu aucune notification concernant la survenue d'un cas d'infection invasive à méningocoque.

Le méningocoque du sérogroupe W a été identifié comme l'agent causal dans deux des cas au Royaume-Uni. Le cas index n'a pas été identifié. Les adolescents et les jeunes adultes sont souvent des porteurs asymptomatiques de méningocoques, et la majorité des cas d'infection grave à méningocoque résultent d'une transmission récente après un contact étroit avec un porteur asymptomatique. Il est probable qu'un ou plusieurs scouts participant au Jamboree Scout Mondial soient porteurs du méningocoque.

Il n'a pas encore été établi si les cas suédois et écossais ont interagi et éventuellement partagé un contact proche. Cependant, le nombre et la fréquence des contacts étroits entre les participants à un Jamboree devrait être élevé. En outre, une discothèque a été organisée tous les trois jours, où tous les groupes au Jamboree se sont mélangés. On sait que ce type de rassemblement augmente le risque de contacts rapprochés entre les participants et donc la transmission du méningocoque.

Il existe deux vaccins disponibles actuellement qui sont capables de protéger les personnes contre les infections à méningocoque de sérogroupe W. Ces vaccins (Nimenrix et le Menveo) sont  quadrivalents : ils confèrent également une immunité contre les sérogroupes A, C et Y du méningocoque.

Source : European Centre for Disease Prévention and Control.

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News