Antiviraux d'action directe contre l'hépatite C : éviter la prescription conjointe d'amiodarone

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 3704 lecteurs


La prescription conjointe d’amiodarone et d'antiviraux d’action directe (AAD), indiqués dans le traitement de l’hépatite C (HARVONI ou SOVALDI en association avec DAKLINZA), doit être évitée.

L'EMA confirme en effet le risque de bradycardie sévère ou de troubles de la conduction chez les patients recevant ces traitements de façon concomitante.

Le mécanisme de l'interaction potentielle n'est pas connu. Des investigations supplémentaires sont attendues. 

Une surveillance rapprochée des patients est nécessaire dans les cas suivants : 
  • si l'association des AAD et de l'amiodarone est inévitable ;
  • chez les patients qui ont arrêté leur traitement par amiodarone depuis plusieurs mois et chez lesquels un traitement par AAD est débuté, du fait de la longue durée d'élimination de l'amiodarone.
Edit du 6 mai 2015 : l'ANSM met en ligne une lettre des laboratoires Gilead Sciences et Bristol-Myers Squibb relative au risque d'arythmies cliniquement significatives en cas de traitement simultané avec l'amiodarone /édit 
Virus de l'hépatite C purifié à partir d'une culture cellulaire, en microscopie électronique (illustration @ Wikimedia).

Virus de l'hépatite C purifié à partir d'une culture cellulaire, en microscopie électronique (illustration @ Wikimedia).


Dans un communiqué du 24 avril 2015, le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) a confirmé le risque de bradycardie sévère ou de troubles de la conduction chez les patients recevant de façon concomitante :
  • un traitement anti-arythmique par amiodarone ;
  • et un traitement antiviral d'action directe (AAD) contre l'hépatite C : 
    • HARVONI (sofosbuvir et ledipasvir) ou 
    • SOVALDI (sofosbuvir) en association avec DAKLINZA (daclatasvir).
Les résumé des caractéristiques du produit (RCP) et les notices d'HARVONI, SOVALDI et DAKLINZA feront l'objet d'une mise à jour afin d'intégrer ces nouvelles données.

Recommandations aux professionnels de santé
Par conséquent, l'Agence européenne du médicament (EMA) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) recommandent aux prescripteurs et aux pharmaciens :
  • d'éviter l'association de ces AAD et de l'amiodarone. Le recours à HARVONI ou à SOVALDI plus DAKLINZA doit être limité aux patients traités par amiodarone uniquement en cas d'intolérance ou de contre-indication aux autres traitements anti arythmiques ;
  • de mettre en garde les patients recevant déjà ces traitements de manière concomitante quant aux signes de bradycardie ou de troubles de la conduction cardiaque, afin qu'ils consultent leur médecin dans les plus brefs délais si nécessaire.

Une surveillance renforcée dans certains cas 
Une surveillance renforcée doit être mise en place dans les cas suivants :
  • si la co-administration de ces antiviraux avec l'amiodarone est inévitable : la surveillance doit être réalisée à l'initiation du traitement antiviral, de manière continue en milieu hospitalier pendant 48 heures après le début de la co-administration, chez les patients identifiés à haut risque de bradyarythmie ;
  • du fait de la longue durée d'élimination de l'amiodarone dans l'organisme, chez les patients ayant arrêté leur traitement par amiodarone depuis plusieurs mois et chez lesquels le traitement par HARVONI ou par SOVALDI plus DAKLINZA est débuté.

Les investigations continuent et la vigilance est maintenue
L'analyse du CHMP (et celle du PRAC dont les conclusions publiées en janvier 2015 étaient identiques) a porté sur huit cas de troubles sévères du rythme cardiaque (bradycardie sévère ou trouble de la conduction) survenus après l'initiation  d'un traitement par HARVONI ou par SOVALDI plus DAKLINZA chez des patients traités par amiodarone :
  • un patient est décédé et deux patients ont nécessité la pose d'un pace-maker ;
  • dans six cas, l'apparition de la bradycardie est survenue dans les 24 heures après l'initiation des antiviraux ;
  • dans deux cas, elle est survenue dans les 2 à 12 jours suivant l'initiation.

Le mécanisme de cette interaction médicamenteuse reste inexpliqué à ce jour. Les laboratoires devront mettre en place les investigations complémentaires nécessaires.
En outre, la vigilance est maintenue sur des cas d'arythmies cardiaques impliquant l'association de SOVALDI avec un agent antiviral autre que daclatasvir ou ledipasvir

Pour mémoire
L'amiodarone (CORDARONE et génériques) est indiquée :
  • en prévention des récidives de :
    • tachycardies ventriculaires menaçant le pronostic vital : le traitement doit être instauré en milieu hospitalier sous monitorage ; 
    • tachycardies ventriculaires documentées symptomatiques et invalidantes ; 
    • tachycardies supraventriculaires documentées lorsque la nécessité d'un traitement est établie en cas de résistance ou de contre-indication aux autres thérapeutiques ;
    • fibrillations ventriculaires.
  • dans le traitement des tachycardies supraventriculaires : ralentissement ou réduction de la fibrillation auriculaire ou du flutter auriculaire. 
L'amiodarone peut être utilisée en présence d'une maladie coronarienne et/ou d'une altération de la fonction ventriculaire gauche.

DAKLINZA 30 mg et 60 mg comprimés pelliculés (daclatasvir) et SOVALDI 400 mg comprimé pelliculé (sofosbuvir) sont indiqués en association avec d'autres médicaments dans le traitement de l'infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les adultes.

HARVONI 90 mg/400 mg comprimé pelliculé est une association fixe de lédispavir et sofosbuvir, indiquée dans le traitement de l'hépatite C chronique (HCC) chez les adultes.

Ces 3 médicaments ne sont pas disponibles en ville.

Pour aller plus loin
Traitement de l'hépatite C : l'ANSM et l'EMA recommandent d'éviter l'association entre des antiviraux d'action directe et l'amiodarone - Point d'information (ANSM, 28 avril 2015)
EMA recommends avoidance of certain hepatitis C medicines and amiodarone together (EMA, 24 avril 2015)
Edit du 6 mai 2015 : Lettre des laboratoires Gilead Sciences et Bristol-Myers Squibb aux professionnels de santé /édit

Sur Vidal.fr
HARVONI (lédipasvir, sofosbuvir) : nouveau médicament dans le traitement de l'hépatite C chronique (17 février 2015)
Hépatite C chronique et comorbidités : quelles stratégies thérapeutiques ? (28 janvier 2015)
DAKLINZA (daclatasvir) : nouvel antiviral à action directe dans la prise en charge de l'hépatite C chronique (28 octobre 2014)
Stratégie thérapeutique dans l'hépatite C : les recommandations de la HAS (2 juillet 2014)
SOVALDI (sofosbuvir) : nouvelle spécialité dans le traitement de l'hépatite C chronique (25 février 2014)
 

Sources : EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2020-05-14

Archives des Vidal News