Le resvératrol (extrait de la peau du raisin noir) pourrait-il être bénéfique pour la mémoire des plus âgés ?

Par Stéphane KORSIA-MEFFRE -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 4640 lecteurs


Une étude récemment publiée dans Scientific Reports porte sur l’effet du resvératrol sur les troubles de la mémoire et de l’humeur liés à l’âge chez le rat. Selon cette étude, des rats âgés recevant du resvératrol pendant 4 semaines obtiennent des scores supérieurs en terme d’apprentissage et de mémorisation, comparés à un groupe contrôle. Cet effet positif pourrait s'expliquer par une stimulation de la neurogenèse et de la microvascularisation au sein de l’hippocampe.

Ces actions anatomiques neurologiques associées à une amélioration de la mémoire nécessitent cependant confirmation par d'autres études sur les rats, le lien direct de causalité n'étant pas démontré.

Cette étude rejoint cependant d'autres travaux, certes encore limités, suggérant un rôle intéressant du resvératrol
 pour le maintien de la mémoire des seniors. 
La peau des raisins noirs contient du resvératrol

La peau des raisins noirs contient du resvératrol

Le resvératrol est un flavonoïde qui se trouve en grande quantité dans la peau des raisins noirs adaptés aux climats humides, comme le pinot noir ou le cabernet sauvignon, mais également dans les arachides, les myrtilles et la renouée du Japon, sa principale source industrielle. Depuis quelques années, le resvératrol fait l'objet d'études dans le cadre de la prévention des effets du vieillissement, comme cette petite étude récente de Witte AV et al. (2014).
 
La perte des capacités mémorielles liée au vieillissement de l'hippocampe
De nombreuses études (Greicius et al., 2004Buckner et al., 2005Rombouts et al., 2005Andrews-Hanna et al., 2007).semblent indiquer que, chez le rat comme chez l'homme, les troubles de la mémoire et de l'humeur liés à l'âge trouvent en partie leur origine dans des changements structurels au niveau de l'hippocampe, en particulier dans la région du gyrus denté (corps godronné).

Les difficultés à former de la mémoire à court terme, propres à l'hippocampe, seraient liées à une diminution de la neurogenèse et de la microvascularisation locales. Ces modifications seraient à mettre en relation avec un état inflammatoire subaigu chronique, révélé par l'hypertrophie des astrocytes et l'activation anormale des cellules de la microglie. Cette inflammation chronique diminuerait la production de substances neurotrophiques et angiogéniques par les astrocytes.

La recherche sur la prévention des troubles de la mémoire liés au vieillissement se concentre actuellement sur des substances capables de soulager cette inflammation locale, de stimuler la formation de nouveaux neurones et de favoriser la microvascularisation de l'hippocampe.
 
Une étude portant sur les capacités d'apprentissage et de mémorisation des rats âgés
L'étude de Kodali M et al, publiée fin janvier dans Scientific Reports, porte sur l'effet du resvératrol sur les troubles de la mémoire et de l'humeur liés à l'âge chez le rat. En effet, diverses études semblent indiquer que ce flavonoïde possède des propriétés anti-inflammatoires et angiogéniques et qu'il pourrait améliorer les performances des personnes âgées en terme de mémorisation.

Pour cette étude, les auteurs ont administré du resvératrol à des rats âgés de 21 mois, à la dose de 40 mg/kg en injection intrapéritonéale (le péritoine est la membrane qui tapisse l'abdomen), pendant 4 semaines (le resvératrol passe la barrière hématoméningée). L'effet sur l'apprentissage spatial et sa mémorisation ont été mesurés par des tests de nage à travers un labyrinthe aquatique vers une plateforme émergée. Le groupe contrôle recevait des injections sans resvératrol.

Cette étude a été financée par le National Center for Complementary and Alternative Medicine, l'Etat du Texas et le Ministère américain des anciens combattants.
 
Le resvératrol semble améliorer l'apprentissage spatial et sa mémorisation chez le rat âgé

Les auteurs ont observé que, comparés au groupe contrôle, les rats recevant du resvératrol obtenaient des scores supérieurs en terme de rapidité d'apprentissage spatial, ainsi qu'en terme de mémorisation du trajet à accomplir pour localiser la plateforme émergée.

Lorsqu'ils ont cherché à identifier les bases anatomiques de cette amélioration des performances, ils ont trouvé que le traitement au resvératrol augmentait la neurogenèse locale d'un facteur de 2,4, réduisait l'hypertrophie des astrocytes de 44 % en moyenne, diminuait le nombre de cellules microgliales activées de 22 % et améliorait la microvascularisation de l'ensemble de l'hippocampe. Le volume total de l'hippocampe était identique entre les deux groupes.
 
Un effet positif sur la dépression liée à l'âge ?
De plus, les auteurs rapportent une diminution de l'état dépressif des rats, mesuré par le temps passé à flotter passivement sans chercher à localiser la plateforme, un paramètre traditionnellement utilisé pour évaluer les troubles de l'humeur chez le rat, mais dont la validité est remise en question. Les auteurs n'insistent d'ailleurs guère sur cette dimension de leur étude.
 
Des résultats qui demandent à être confirmés
Cette étude, intéressante sur le plan des modifications anatomiques observées, reste sujette à caution : les auteurs ont certes pris le soin de s'assurer que le traitement n'avait pas d'effets positifs sur les capacités physiques des rats traités, effets qui auraient pu expliquer leurs meilleures performances cognitives. Mais il n'en demeure pas moins que les liens de causalité entre les anomalies anatomiques de l'hippocampe et les troubles de la mémoire observés chez les rats âgés ne sont pas prouvés. Des études complémentaires seront donc nécessaires pour confirmer cette possible causalité, puis rechercher son équivalent éventuel chez les personnes âgées.
 
Pour en savoir plus : 
Etude faisant l'objet de cet article :

Resveratrol Prevents Age-Related Memory and Mood Dysfunction with Increased Hippocampal Neurogenesis and Microvasculature, and Reduced Glial Activation, Kodali M, Vipan K, Parihar VK, Hattiangady B., Mishra V., Shuai B. & Shetty AK., Scientific Reports, 28 janvier 2015
(Scientific Reports est un journal en ligne d'accès libre, publié par l'éditeur de Nature)

Autres travaux cités dans l'étude et mentionnés dans cet article : 
Effects of Resveratrol on Memory Performance, Hippocampal Functional Connectivity, and Glucose Metabolism in Healthy Older Adults, Witte AV et al., The Journal of Neuroscience, juin 2014
Default-mode network activity distinguishes Alzheimer's disease from healthy aging: Evidence from functional MRI, Greicius MD et al., The Journal of Neurosciences, mars 2004
Molecular, Structural, and Functional Characterization of Alzheimer's Disease: Evidence for a Relationship between Default Activity, Amyloid, and Memory, Buckner RL et al, The Journal of Neurosciences, août 2005
Altered resting state networks in mild cognitive impairment and mild Alzheimer's disease: An fMRI study, Rombouts S et al., Human Brain Mapping, décembre 2005
Disruption of Large-Scale Brain Systems in Advanced Aging, Andrews-Hanna JR et al., Neuron, décembre 2007
 

Sources : Nature

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2017-04-20