Certaines fonctionnalités avancées du site sont temporairement indisponibles.

Nos équipes font le maximum pour résoudre ce problème rapidement. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Traitement par testostérone : l'augmentation du risque cardiaque n'est pas démontrée

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 2717 lecteurs


Selon le Groupe de coordination des procédures de reconnaissance mutuelle et décentralisées, il n'existe pas de données suffisantes démontrant l'augmentation du risque cardiaque en cas de traitement par testostérone.
Cependant, conformément aux recommandations du Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance, l'information sur les médicaments contenant de la testostérone est renforcée.
Testicule droit humain (photo @ Gray1148 sur Wikimedia).

Testicule droit humain (photo @ Gray1148 sur Wikimedia).


Le CMDh (Groupe de coordination des procédures de reconnaissance mutuelle et décentralisées) a adopté la position du PRAC (Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance) concernant les médicaments contenant de la testostérone.
A ce jour, les données disponibles ne permettent pas de confirmer l'augmentation du risque cardiaque en cas de traitement par testostérone, chez les hommes présentant un déficit hormonal.

Les données de la littérature sont insuffisantes
Le risque accru de troubles cardiaques en cas de traitement par testostérone a été suggéré par plusieurs études récentes(1,2,3).
Cependant, l'analyse globale des données issues d'autres études de sécurité(4,5,6,7) est en contradiction avec ces conclusions.
Le PRAC en a conclu que les preuves en faveur d'une augmentation d'effets indésirables cardiaques sont insuffisantes. En outre, le déficit en testostérone lui-même pourrait accroître le risque de troubles cardiaques.

Ne prescrire la testostérone qu'en cas de déficit authetifié
Conformément aux recommandations du PRAC, émises en octobre dernier, le CMDh a demandé de renforcer les informations concernant ces médicaments. Il est notamment rappelé qu'un traitement par testostérone ne doit débuter qu'en présence de signes et de symptômes en lien avec un déficit en testostérone et qu'après confirmation par des tests biochimiques.
La testostérone ne doit pas être utilisée chez les patients âgés non diagnostiqués avec un hypogonadisme.

Identifier les patients à risque de complications
Une mise en garde a été ajoutée chez les hommes atteints d'insuffisance cardiaque, hépatique ou rénale sévères.
Chez ces patients, un traitement par testostérone pourrait entraîner une complication sévère caractérisée par un œdème, accompagné ou non d'insuffisance cardiaque congestive. Dans ce cas, le traitement doit être arrêté immédiatement.
Par ailleurs, la testostérone peut entraîner une élévation de la pression artérielle et doit être utilisée avec prudence chez les patients souffrant d'hypertension.

Pour aller plus loin
Médicaments contenant du valproate et dérivés, de la testostérone, PSUR worksharing : retour sur la réunion de novembre 2014 du CMDh - Point d'information (ANSM, 11 décembre 2014)
No consistent evidence of an increased risk of heart problems with testosterone medicines (EMA, 21 novembre 2014)

Références 
  1. Finkle WD, Greenland S, Ridgeway GK, et al. Increased risk of non-fatal myocardial infarction following testosterone therapy prescription in men. PLoS One 2014 ; 9 : e85805
  2. Vigen R, O'Donnell CI, Barón AE, et al. Association of testosterone therapy with mortality, myocardial infarction, and stroke in men with low testosterone levels. JAMA 2013 ; 310 : 1829-36
  3. Xu L, Freeman G, Cowling BJ, et al. Testosterone therapy and cardiovascular events among men : a systematic review and meta-analysis of placebo-controlled randomized trials. BMC Med 2013; 11: 108
  4. Baillargeon J, Urban RJ, Kuo Y-F, et al. Risk of myocardial infarction in older men receiving testosterone therapy. Ann Pharmacother 2014; 48: 1138-44.
  5. Corona G, Maseroli E, Rastrelli G, et al. Cardiovascular risk associated with testosterone boosting medications: a systematic review and metaanalysis. Expert Opin Drug Safety 2014; 13: 1327-51.
  6. Tan R, Cook KR, Reilly WG. Testosterone therapy is not associated with higher risk of myocardial infarction or stroke: the low T experience. Abstract Book of the 2014 Annual Meeting of the American Association of Clinical Endocrinologists (AACE), p. 238, abstract #1353
  7. Hildreth KL, Barry DW, Moreau KL, et al. Effects of testosterone and progressive resistance exercise in healthy, highly functioning older men with low-normal testosterone levels. J Clin Endocrinol Metab 2013; 98: 1891-1900

Sources : EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News