Première mondiale : une vertèbre cervicale remplacée grâce à l’impression 3D

1
2
3
4
5
3.5
(6 notes)
vu par 7083 lecteurs


Minghao, un jeune Chinois de 12 ans atteint d’une tumeur cancéreuse située au niveau de la deuxième vertèbre du cou, a pu bénéficier d’un remplacement de cette vertèbre par une prothèse imprimée en 3D faisant exactement les mêmes dimensions. Une première mondiale prometteuse.


Une technique permettant de reproduire parfaitement la pièce défectueuse
L'impression 3D, qui fabrique des objets en les imprimant couche par couche, à partir d'un programme numérique, se fraie un chemin de plus en plus étonnant et prometteur en médecine. Cette technique permet un remplacement plus précis et adapté que les implants ou prothèses auparavant utilisés : exosquelettes pour enfants, prothèses de la main, de la hanche, du crâne, de la trachée, projets de plâtres imprimés en 3D et parfaitement ajustés, désormais envisagés en version connectée avec impulsion d'ultrasons pour accélérer la cicatrisation, etc.

Dans le cas de Minghao, cette technique a été choisie pour reproduire le plus parfaitement possible la vertèbre à remplacer et, ainsi, minimiser les risques de complications locales aiguës et chroniques,  et accélérer la convalescence. La tumeur, située au niveau de la moelle épinière traversant la deuxième vertèbre cervicale (et non encore propagée aux autres vertèbres...), avait été découverte de manière fortuite, suite à une blessure au cou survenue en jouant au football.

Le Dr Liu Zhongiun, chef du service orthopédique de l'hôpital de Pékin où s'est déroulée cette première, explique que l'utilisation d'un scanner a permis d'en faire une modélisation numérique parfaite.

Une vertèbre imprimée avec un amalgame de poudre de titane
Cette modélisation a ensuite été déclinée en une vertèbre imprimée en 3D avec une poudre de titane, très résistante et biocompatible (poudre également utilisée pour fabriquer certains implants orthopédiques). La parfaite adéquation de cette vertèbre avec les autres surfaces articulaires a permis d'éviter la fixation par des vis, handicapantes et à risques de complications.

De plus, le Dr Zhongiun souligne que cela évite la mise en place de broches externes, comme avec un implant traditionnel, ce qui empêche les patients de se coucher normalement (la tête ne peut pas toucher le lit à cause des broches) pendant 3 mois.

L'intervention, qui a duré 5 heures, semble avoir réussi et ses médecins paraissent optimistes sur sa récupération.

Ce reportage vidéo de Reuters, en anglais, permet de visualiser les différentes étapes de cette nouvelle avancée médicale liée à l'impression 3D, même s'il faut bien sûr encore attendre de voir comment se passera effectivement la convalescence et la récupération fonctionnelle de ce jeune garçon : 


En savoir plus :
Beijing hospital performs world's 1st 3D printed vertebra surgery, english.cntv.cn (CCTV), 18 août 2014
Chinese boy implanted with first 3D printed vertebra, vidéo Reuters via Washington Post, 26 août 2014

Sur VIDAL.fr : 
Contention orthopédique : le plâtre du futur sera-t-il imprimé en 3D ? (juillet 2013)

Sources : CCTV

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-07-18

Archives des Vidal News