ALKONATREM 150 mg gélule : rupture de stock et mise à disposition d'un médicament similaire

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
3.0
(2 notes)
vu par 2592 lecteurs


Pour pallier la rupture de stock d'ALKONATREM 150 mg gélule (chlorhydrate de déméclocycline), effective depuis le 11 décembre 2013, un médicament similaire, initialement destiné au marché anglais, est mis à la disposition des pharmacies à usage intérieur.
La spécialité importée, DEMECLOCYCLINE HYDROCHLORIDE 150 mg gélule, peut être délivrée par les pharmacies hospitalières aux patients ambulatoires, en rétrocession.

La spécialité importée, DEMECLOCYCLINE HYDROCHLORIDE 150 mg gélule, peut être délivrée par les pharmacies hospitalières aux patients ambulatoires, en rétrocession.


Le laboratoire Primius Lab Ltd, en accord avec l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), informe les professionnels de santé de la rupture de stock d'ALKONATREM 150 mg gélule (chlorhydrate de déméclocycline) pour une durée indéterminée.
Les perturbations d'approvisionnement sont consécutives à des retards de production.
 
Mise à disposition d'un médicament importé
Pour pallier cette situation, le médicament DEMECLOCYCLINE HYDROCHLORIDE 150 mg gélule (boîte de 28 gélules), initialement destiné au marché anglais, a été mis à disposition auprès des pharmacies à usage intérieur par le laboratoire CSP (en partenariat avec le laboratoire Keocyt).
Comme tous les médicaments bénéficiant d'une autorisation d'importation, DEMECLOCYCLINE HYDROCHLORIDE 150 mg gélule peut être délivré par les pharmacies hospitalières aux patients ambulatoires, en rétrocession.
 
En pratique, la spécialité DEMECLOCYCLINE HYDROCHLORIDE 150 mg gélule est similaire à la spécialité française. Elle présente notamment le même dosage. Une contre-étiquette en langue française a été apposée sur chaque étui. 
 
Pour mémoire
ALKONATREM 150 mg gélule est indiqué dans le traitement du syndrome de sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique (SIADH) plus particulièrement d'origine paranéoplasique avec :
  • hyponatrémie chronique inférieure à 125 mEq/l associée à une natriurèse inappropriée ;
  • et/ou signes cliniques liés à l'hyponatrémie,
et résistant à la restriction hydrique.
 
Remarque : il conviendra avant la prescription d'éliminer les étiologies endocriniennes (insuffisances surrénales et hypothyroïdies, périphériques ou d'origine hypophysaire).
 
Sources et ressources complémentaires
Lettre du laboratoire aux professionnels de santé concernés (sur le site de l'ANSM, 21 janvier 2014)

Sources : Laboratoire Primius Lab Ltd, Laboratoire CSP, ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News