Apnées du sommeil, ronflements : des exercices de chant quotidiens pourraient améliorer les symptômes

Par Jean-Philippe RIVIERE -
1
2
3
4
5
5.0
(1 note)
vu par 2013 lecteurs


 Des chercheurs anglais ont testé l’éventuelle efficacité d’exercices de chant pendant 3 mois sur la réduction des symptômes liés au ronflement et aux apnées du sommeil.

Les résultats de cette étude clinique randomisée et contrôlée, publiés en mai 2013, montrent une diminution significative de la sévérité, de la fréquence et de l’intensité sonore des ronflements.
Les ronflements ou les apnées du sommeil altèrent notamment la qualité du sommeil des patients... et celle de leur conjoint.

Les ronflements ou les apnées du sommeil altèrent notamment la qualité du sommeil des patients... et celle de leur conjoint.


Un professeur de chant met un médecin ORL sur la piste de la tonification des muscles pharyngés
Un professeur de chant, Alise Ojay, en photo ci-contre, a contacté de Dr Hilton, ORL à l'hôpital d'Exeter, pour lui dire que plusieurs de ses élèves lui avaient dit qu'ils ronflaient beaucoup moins depuis qu'ils avaient commencé à suivre ses cours.

Or ses cours comportaient des exercices de contractions-relaxations répétitives des muscles pharyngés à pratiquer régulièrement pendant plusieurs semaines.

Suite à ce témoignage, le Dr Hilton et son équipe ont posé l'hypothèse que de tels exercices pouvaient constituer une piste thérapeutique intéressante, d'où la mise en place, avec la participation d'Alise Ojay, d'un essai clinique.

127 patients recrutés pour suivre un programme expérimental
Les 127 patients choisis pour participer à l'essai avaient plus de 18 ans et présentaient des ronflements ou des apnées du sommeil modérément sévères (index d'apnées-hypopnées de 10 à 40, soit 10 à 40 épisodes par heure de sommeil). Les patients présentant des apnées du sommeil sévères (index > 40), une obésité sévère (BMI > 40) ou qui utilisaient un appareil de pression aérienne  continue (CPAP) ne pouvaient pas participer à l'étude.

Ils ont ensuite été séparés aléatoirement en 2 groupes, "chant" et "contrôle".

Au programme : 20 minutes d'exercices par jour pendant 3 semaines
Tous les patients ont reçu des conseils hygiéno-diététiques appropriés (importance d'optimiser le poids, de réduire la consommation d'alcool et la prise de médicaments sédatifs).

Les patients du groupe "chant" ont reçu en plus un triple CD d'Alise Ojay contenant les exercices de chant ("Singing for Snorers", UEK). Après 4 à 6 semaines d'entraînement, les patients apprentis chanteurs ont reçu un appel téléphonique d'Alise Ojay, afin de les encourager et de répondre à leurs éventuelles questions. 

Les patients du groupe "contrôle" ont également reçu un appel téléphonique, cette fois-ci d'un chercheur, au sujet de leurs éventuels progrès liés aux conseils d'hygiène de vie.

L'évaluation après 3 mois montre l'amélioration de plusieurs paramètres dans le groupe "chant"
Le critère principal d'évaluation était le score obtenu à l'échelle de somnolence d'Epworth (téléchargeable en cliquant ici).

Plusieurs patients n'ont pas été jusqu'au bout du programme ou n'ont pas du tout fait les exercices requis. Au total, 93 patients (groupe "chant" et groupe "contrôle") ont donc été suivis et évalués.

Les 37 patients restants du groupe "chant" ont présenté, après 3 mois, une amélioration significative de leurs scores par rapport aux scores obtenus par les 55 patients du groupe "contrôle" (en moyenne 2,5 points de moins, p<0,0001). Cette amélioration était encore plus nette chez les patients présentant un BMI entre 30 et 40 (obésité).

La fréquence des ronflements a également été significativement diminuée (p=0,01). Quant à l'intensité sonore, elle a également diminué, mais non significativement (p=0,08).

Un renforcement musculaire pharyngé déjà constaté dans d'autres études
La tonification et le renforcement des muscles pharyngés "diminuerait leur tendance à s'affaisser pendant le sommeil", selon les auteurs. Or cet affaissement est un des facteurs causals principaux de ronflement et d'apnées du sommeil.

Une telle amélioration a été constatée dans d'autres études, par exemple celle-ci, publiée dans le BMJ en 2006, en utilisant cette fois-ci des cours de… didgeridoo pendant 4 mois (réduction significative de la somnolence, amélioration de la qualité du sommeil, diminution de l'index d'apnées-hypopnées).

Une place dans la prise en charge thérapeutique de ces patients ?
En conclusion, les auteurs rappellent que le CPAP reste le traitement de référence pour le traitement des apnées du sommeil. Les interventions chirurgicales correctrices peuvent également améliorer nettement la situation, comme l'ont montré de nombreuses études. Du côté du ronflement, des interventions chirurgicales correctrices (au niveau du nez ou du palais) peuvent également être proposées, mais les résultats ne sont pas toujours positifs sur le long terme.

Cependant, même si le nombre de perdus de vue dans l'étude sur le chant rend difficile l'extrapolation des résultats, les résultats de l'étude "chant" et de celle menée avec le didgeridoo sur les symptômes apnéiques et les ronflements sont encourageants. Le Dr Hilton et ses collègues estiment que ce traitement non invasif, indolore et bien toléré, associé aux mesures hygiéno-diététiques, pourrait représenter une alternative thérapeutique intéressante.

Pour cela, il faudrait réaliser d'autres études plus ciblées pour confirmer et mieux évaluer l'impact réel de l'effet positif mis en évidence.

Jean-Philippe Rivière

Sources et ressources complémentaires :
- "Research trial into snoring brings new hope for sufferers", mai 2013, NHS Foundation Trust, Royal Devon and Exeter
- "Singing Exercises Improve Sleepiness and Frequency of Snoring among Snorers—A Randomised Controlled Trial", Hilton MP et coll., International Journal of Otolaryngology and Head & Neck Surgery, mai 2013
- "Index d'apnées-hypopnées", sur la VIDAL Recos "Apnées obstructives du sommeil (syndrôme d')"
- Le site "Singing for snorers", d'Alise Ojay
- "Echelle de somnolence d'Epworth", sur le site Sommeil et médecine générale
- "Didgeridoo playing as alternative treatment for obstructive sleep apnoea syndrome: randomised controlled trial", puhan AM et coll., BMJ, février 2006
- "Ryka Ali Plays Aboriginal Eucalyptus Didgeridoo", YouTube

Sources : VIDAL

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2017-06-22